[Chronique] « Royales » de Camille Versi

Petite parenthèse : 100ème article du blog!! Yippee hé! 😀

Quatrieme_couverture_bis

Margaret est la princesse parfaite, adorée de tous les Anglais. Généreuse, intelligente, polyglotte, cavalière émérite, menant de front des études de littérature, de politique et d’histoire par correspondance…
Son secret ?
Margaret n’existe pas vraiment. Elles sont seize. Seize sœurs.
Seize clones, éduquées à la perfection, créées pour faire rêver un royaume.
Mais les temps ont changé… Sur seize clones, il ne devra rester qu’une princesse.

mon_avis_bis

Je tiens tout d’abord à remercier Netgalley et les Éditions Hachette de m’avoir permis de découvrir ce roman.

Que c’est plaisant de lire un roman Jeunesse SFFF qui ne fait pas partie d’une saga! J’ai l’impression que l’on ne jure que par ça ces dernières années et que je ne fais que me lancer dans des sagas lorsque je choisis ce genre littéraire. Je n’ai rien contre vu que j’en lis beaucoup et que j’adore ça mais un petit one-shot à l’univers suffisamment développé pour qu’on ne reste pas sur notre fin est agréable à lire de temps en temps. Et Royales remplit parfaitement ce contrat!

Bon certes quelques éléments complémentaires sur l’univers n’aurait pas été de trop. Je suis très friande de ce genre d’informations. Mais les bribes disséminées tout le long du roman suffisent à se faire un tableau d’ensemble. Et surtout, cela reste logique avec ce que vit May, celle-ci évoluant quasiment en huit clos. Peut-être que certains lecteurs seront frustrés mais cela n’a pas été mon cas et je suis ressortie assez satisfaite de cette lecture. Les questions que soulèvent le clonage sont très bien développées et j’ai aimé la réflexion que Camille Versi porte dessus. Mais si je voulais chipoter un peu, j’aurais bien aimé avoir une explication sur le nombre conséquent de clones. Pourquoi 16? Et dire que dans la version initiale, il y en avait 21!

Je ne peux m’empêcher de frissonner à l’idée de ce qui m’arrivera si je me révèle un jour incapable de continuer le rôle qui m’a été assigné…

Par contre, rarement un personnage principal ne m’a fait ressentir des émotions à son égard aussi contradictoires au fil de ma lecture. Alors que j’aimais bien son côté très (trop?) altruiste et sa gentillesse (à l’excès?), cela a fini par me sortir par les yeux et par m’énerver. Ses états d’âmes m’ont un peu agacé car souvent, alors qu’elle prenait une bonne décision qui la faisait (ENFIN!) agir, elle finissait par s’auto-persuader dans la foulée que finalement il valait mieux qu’elle ne fasse rien. Sa passivité m’a plus d’une fois donné envie de la secouer. Ce sont bien souvent les autres qui agissent, débloquent les situations et prennent les décisions à sa place. Je préfère les personnages qui se battent, qui évoluent mais May reste fidèle à elle-même tout le long du roman, jusqu’à l’épilogue, et fait le strict minimum pour arriver à ses fins. Elle a des convictions très louables, je l’admets, mais au vue des agissements de certains des personnages du romans, j’aurais apprécié qu’elle sorte un peu les griffes et qu’elle quitte son monde de Bisounours où « tout le monde il est gentil, tout le monde il est beau, tout le monde il est heureux dans le meilleur des mondes ».

Je frappe ma paume contre la sienne, et nous nous levons, prêtes à relever le nouveau défi qui s’offre à nous. Je plains la princesse Margaret si elle avait été seule. Moi, j’ai quinze sœurs sur lesquelles je peux compter, et rien ne peut nous résister.

Avoir le point de vue de certains des autres clones aurait peut-être permis de contre-balancer cette impression et d’atténuer cette légère aversion que j’ai eu pour May. Car elles ont toutes des personnalités très différentes et parfois sacrément opposées à celle de May. J’aurais par exemple adoré être dans la tête de Jane (qui correspond bien plus aux personnages féminins que j’affectionne), des vipères Gisèle et Amy ou de la discrète mais intrigante Harriet. Je regrette aussi que le récit n’ait pas été un peu plus « dramatique ».

La plume de la jeune Camille Versi n’échappe pas à quelques lourdeurs caractéristiques des premiers écrits. Mais elle est très prometteuse, très fluide et je ne doute pas qu’elle saura se perfectionner avec le temps et l’expérience. C’est assurément une jeune auteure que je ne manquerai pas de suivre!

pour_conclure_bis

Un one-shot en Jeunesse SFFF, fait assez rare pour le souligner à l’ère où nous ne jurons que par les sagas, addictif, fluide et divertissant. Malgré une héroïne trop passive et immuable, j’ai aimé suivre son histoire et celles des autres clones même si j’aurais préféré que le récit soit un peu plus tragique. J’ai vite oublié la légère maladresse de la jeune plume de Camille Versi pour profiter de son premier roman avec plaisir. Une auteure prometteuse à suivre!

15/20

NetGalley_logo.png

royales_camille_versi
Auteur(s) : Camille Versi
Éditions : Éditions Hachette
Nombre de pages : 402
Catégorie(s) : Science-fiction, Jeunesse

6 réflexions sur “[Chronique] « Royales » de Camille Versi

    • Callysse dit :

      Merci à toi d’être passée sur mon blog et d’avoir pris le temps de lire ma chronique! Imperfections est un bien grand mot^^ Je n’irai pas jusque là 😉 Car mes remarques les moins positives sont propres à mon avis personnel et à mon propre ressenti sur cette lecture. Ta plume est très belle et pour un premier roman publié, je te dis chapeau! Tu as du talent 🙂

      J'aime

    • Callysse dit :

      Même si Margareth-May m’a un peu agacé j’ai aimé son personnage et les autres clones et je garde un très bon souvenir de cette lecture. Jolie chronique sur ce roman 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s