[Chronique] « La voleuse des toits » de Laure Dargelos

Quatrieme_couverture_bis

Véritables piliers de la société, les règles écarlates ont prohibé toutes formes d’expression : l’art, la littérature et la musique n’existent plus. Chaque jour, la milice multiplie les exécutions pour asseoir l’autorité du régime. Demoiselle respectable le jour et voleuse la nuit, Éléonore Herrenstein s’élève contre l’ordre établi. Elle qui espère rejoindre la rébellion et renverser le gouvernement, la voilà brusquement fiancée à l’un des hommes les plus puissants du royaume. Qui est donc Élias d’Aubrey, cet être impénétrable qui semble viser le pouvoir absolu ? Et pour quelles sombres raisons sa famille dissimule-t-elle une mystérieuse toile, peinte un demi-siècle plus tôt ? Éléonore ignore encore que sa quête l’entraînera bien plus loin qu’elle ne l’imagine. Dans un voyage au-delà du possible…

mon_avis_bis

Je tiens tout d’abord à remercier l’auteure, Laure Dargelos, qui m’a permis de lire son roman en SP. Ce fût une très agréable lecture !

Dans ce monde littéraire du young-adult imaginaire surpeuplé de sagas, je suis toujours à l’affût des quelques one-shots qui pointent le bout de leur nez. Non pas que je n’aime pas les sagas, au contraire, et de toute façon aujourd’hui c’est difficile d’y échapper, mais j’avoue que parfois je suis un peu découragée face à leur prédominance dans ma bibliothèque. Il est quasiment impossible de trouver des histoires dans ce genre littéraire sans s’engager sur plusieurs tomes. C’est plaisant, surtout quand j’adore le monde créé et que je rechigne à le quitter, mais parfois un peu lassant, en particulier lorsque je cherche une nouvelle évasion livresque. J’ai conscience que développer un univers fantastique et des personnages complexes au sein d’un seul livre peut être un exercice difficile à relever, mais il n’est toutefois pas impossible, la preuve en est avec ce roman. Alors quand je repère un des rares one-shots publiés et que son résumé me plaît, je me jette dessus. Encore plus quand sa couverture est aussi réussie et attirante que celle de « La voleuse des toits ».

J’ai adoré mon voyage au sein du royaume d’Orme. L’univers créé par Laure Dargelos est abouti sans être trop complexe. L’essentiel est là et jamais je ne me suis sentie frustrée par une quelconque impression de simplicité. La plume est travaillée et m’a littéralement transportée au sein de ce monde aux mœurs très aristocratiques. J’ai également fortement apprécié le scénario de ce roman car il est réfléchi et surprenant. Je n’ai jamais rien vu venir. L’idée de découper le récit en trois actes bien distincts est également excellente, chacun apportant son lot de révélations ainsi qu’une dynamique appréciable au sein de ce pavé de plus de 600 pages. Enfin, j’ai adoré la petite touche de magie qui vient éclairer les moments les plus noirs.

L’autre gros point fort de ce roman est sans aucun doute le personnage d’Élias. Insaisissable, énigmatique, sarcastique, ambigu, intelligent et intriguant, c’est un personnage complexe et très particulier. Il ne plaira pas à tout le monde mais personnellement je me suis délectée de chacune de ses apparitions. J’ai également apprécié les autres personnages masculins, notamment Avalon, le chef de la rébellion, et Andreas, le frère d’Élias. Je regrette juste qu’il y ait si peu de personnages féminins. En effet, en dehors de Plume, il n’y en pas d’autres à qui s’attacher. Il y a bien la mère de Plume ou encore Charlotte, sa plus proche amie, mais celles-ci sont bien trop peu présentes dans le roman pour qu’on puisse réellement s’y intéresser. J’avoue qu’une femme au sein de la rébellion, en dehors de Plume, n’aurait pas été déplaisant.

Seule, elle ne pouvait rien contre la société et les règles écarlates. Mais il existait une liberté qui jamais ne s’évanouirait. La liberté de rêver…

Justement en parlant de Plume, je ne sais pas vraiment quel est mon ressenti vis-à-vis de ce personnage. Elle est pleine de bonté et éprise de liberté et de rébellion. Sa naïveté est touchante. Mais son côté égoïste et manipulateur m’a déplu car c’est assez souvent au détriment des sentiments d’un personnage bien trop gentil et innocent. Sous couvert d’améliorer sa propre vie ou de bonnes intentions afin de renverser le régime tyrannique en place, elle s’octroie certains droits sans penser aux conséquences désastreuses que cela peut entraîner. C’est surtout l’un de ses actes, où elle « emprunte » quelque chose à un personnage en douce, sans lui demander la permission et sans penser aux risques encourus et au mal que cela peut faire dans le cas où cela tournerait mal, qui m’a le plus déçue. Jamais le fait de parler avec cette personne n’a traversé son esprit alors qu’elle l’avait déjà tant fait souffrir par ses actions passées. Malgré tout, je me suis attachée à elle, car elle est loin d’avoir un mauvais fond et sa jeunesse l’excuse, mais sa tendance à manipuler autrui m’a agacée plus d’une fois parce qu’elle en abuse beaucoup trop et se remet trop peu en question. Je suis donc au final assez partagée à son sujet.

Enfin, même si j’ai apprécié ma lecture, elle ne m’a pas rendu pour autant accro. J’ai sans cesse oscillé entre l’impression d’être comblée par ce que je lisais et l’envie que cela s’accélère un peu. Je pense que l’ensemble a souffert d’un léger manque de suspense, ce petit quelque chose qui à la fin d’un chapitre me donne envie d’attaquer le suivant avec impatience et me fait dévorer le roman en un rien de temps. Certains passages, pas si importants que ça pour l’intrigue, auraient peut-être mérité d’être raccourcis, voire supprimés, ce qui aurait éventuellement apporté plus de rythme à l’histoire. S’agissant d’un premier roman, je pense que la jeunesse de la plume n’est pas étrangère à ces petites maladresses. Ce n’est de toute façon pas ce que je retiendrai de ma lecture car je trouve que Laure Dargelos a une écriture très prometteuse. Si c’est déjà de ce niveau avec sa première œuvre, qu’est-ce que cela donnera lorsque sa plume se sera plus affirmée et qu’elle aura gagné en expérience? Je demande à voir!

pour_conclure_bis

Un scénario novateur, une revisite de l’aristocratie plaisante, une petite touche de fantastique et le personnage d’Élias, ambigu mais tellement jubilatoire, sont les gros points forts de ce one-shot. Même si je suis un peu plus mitigée vis-à-vis du personnage de Plume, j’ai passé un très agréable moment au royaume d’Orme. Les quelques maladresses sur le rythme et le suspense du récit n’entachent en rien la jeune et très jolie plume de Laure Dargelos. Je lirai sans hésiter son prochain roman.

16/20

logo_simplement

la_voleuse_des_toits.jpg
Auteur(s) : Laure Dargelos
Éditions : Auto-édité
Nombre de pages : 675
Catégorie(s) : Fantastique, Young-adult

 

8 réflexions sur “[Chronique] « La voleuse des toits » de Laure Dargelos

    • Callysse dit :

      Aaah c’est une bonne chose 🙂 J’en suis contente!
      J’ai eu moi aussi quelques mauvaises expériences avec l’autoédition, des livres que j’ai abandonné ou que je n’ai pas chroniqué (en accord avec l’auteur) tellement je n’avais pas aimé.
      Mais celui-ci fait partie de ceux qui sortent du lot parmi ceux que j’ai lu. Je suis aussi plus indulgente avec l’autoédition car justement l’auteur fait tout. Et celui-ci est justement très réussi. Il y a quelques longueurs et quelques répétitions sur des traits de caractère mais ce n’est pas du tout ce que je retiens 🙂 Le personnage d’Elias fait beaucoup ainsi que le scénario dont les révélations sont bien amenées.
      Après je ne sais pas s’il te conviendrait, toi qui adore le fantastique et la fantasy, car la présence de la magie est vraiment très minime. C’est une toute petite touche qui vient apporter un peu d’optimisme 😉 Si tu te laisses tenter, j’espère qu’il te plaira 🙂

      Aimé par 1 personne

      • Les Fantasy d'Amanda dit :

        Moi aussi, j’ai évité d’en chroniquer certains, car je n’avais vraiment rien de bien à en dire. J’ai d’ailleurs terminé un auto-édité dernièrement, et c’est un peu une catastrophe. J’essaie aussi de me montrer indulgente, mais ça ne suffit pas toujours.

        Oh, les touches minimes de magie ne me dérangent pas. Le problème, c’est surtout ma WL qui n’en finit plus xD.

        Aimé par 1 personne

  1. Lena dit :

    Bonjour, j’ai fini la Voleuse des Toits et c’est un véritable coup de coeur ! J’ai adoré le personnage de Plume et d’Élias 🙂
    Ce roman est magnifique et je le relirai avec plaisir ! Merci pour cette belle découverte.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s