[Chronique] « L’étoile du matin » de David Gemmell

Quatrieme_couverture_bis

Je me nomme Owen Odell et je vais mourir…
J’ai vécu trop longtemps et j’ai vu trop de choses. Je fais partie de la légende. Avant de quitter cette enveloppe charnelle, je voudrais me souvenir une dernière fois et raconter l’histoire telle qu’elle s’est réellement passée ; et pas comme les gens la racontent aujourd’hui au coin du feu. Car j’ai bien connu Jarek Mace, celui qu’on appelait alors l’Étoile du Matin. Le dernier héros des Highlands. Le libérateur. J’étais à ses côtés lorsqu’il a combattu les rois Vampyres et s’est dressé face à l’envahisseur angostin.
J’étais barde et je connais sa légende par cœur. C’est moi qui l’ai écrite. Mais j’ai laissé de côté la vérité. L’Etoile du Matin n’était pas ce héros aux cheveux blonds et aux yeux bleus débordant de bonté tel qu’on le chante aujourd’hui. Jarek Mace était un voleur doublé d’un menteur, un homme qui aurait égorgé sa mère pour le prix d’un bon repas.
Ceci est l’histoire d’un homme.
L’histoire d’une rédemption…

mon_avis_bis

Merci à Lutin82 car si je ne t’avais pas promis de publier une chronique sur un livre qui n’est ni une romance ni un young-adult, celui-ci serait resté encore quelques temps dans ma PAL. Tu m’as aidé à faire un pas de plus vers cet univers.

La « Fantasy adulte » est un genre littéraire qui me rebute et m’attire à la fois. Déjà, j’ai du mal à être tentée parce que, bien souvent, je n’aime pas les couvertures. C’est le cas de celle-ci d’ailleurs. Si on ne m’avait pas chaudement conseillé ce roman et cet auteur, je ne l’aurais probablement jamais acheté. Si tu me demandais pourquoi, je crois que j’aurais bien du mal à te répondre. Peut-être parce qu’elle est trop noire, trop glauque, et surtout, maintenant que je connais l’histoire, parce qu’elle ne correspond pas du tout au récit. J’ai l’impression qu’elle a été choisie plus pour coller au genre littéraire qu’à l’histoire elle-même et je trouve ça dommage. J’aime quand la couverture a un lien avec ce que le livre raconte. L’autre raison pour laquelle je rechigne à lire ce genre est dû à mes préjugés et à une mauvaise expérience. Je n’ai jamais réussi à lire Le seigneur des anneaux et du coup j’ai tendance depuis à penser que tous les romans de « Fantasy adulte » sont comme lui : compliqués, fastidieux, débordant de détails pas toujours très importants, longs. Quand il est porté à l’écran, j’adore pourtant ce genre empli, selon les histoires, de magie, de batailles épiques, de héros, d’elfes, de nains, de mondes fantastiques… et de dragons! Du coup, jusqu’à maintenant, je ne lisais que des romans de fantasy estampillés également Young-adult et je regardais de la fantasy plus adulte à la télé.

Mais j’ai eu envie de rafraichir mon opinion (ma tentative de lecture du Seigneur des anneaux datant de plus de 15 ans) et de laisser une chance à de la fantasy plus mature, celle où les héros n’ont pas moins de 20 ans. Car il en existe des abordables pour les novices comme moi! J’ai commencé avec Le puits des mémoires de Gabriel Katz et j’ai donc continué mon excursion dans ce « nouveau monde littéraire » avec L’étoile du Matin, roman dont je te parle aujourd’hui.

Alors, quelles histoires souhaites-tu entendre?

L’Etoile du Matin? On sait déjà tout de lui – son courage, ses batailles, ses exploits. Il n’y a rien de nouveau.

La vérité, dis-tu? Ah mais voilà qui est nouveau. Peut-être même unique.

[…] Tu sais, la vérité n’est pas belle à voir.

Et je dois avouer que j’ai plus qu’adoré le voyage! Je ne suis vraiment pas passée loin du coup de cœur et j’ai lu avec plaisir l’histoire de cet anti-héros. L’univers est abordable, facile à cerner et j’ai très rapidement été transportée par le récit. Si les descriptions sont rares, cela ne m’a pas manqué pour autant car mon imaginaire a très rapidement pris le dessus. L’histoire de l’Étoile du Matin, des rois vampyres et les légendes m’ont envoutée, le scénario était bien trouvé et je n’ai pas vu venir certaines révélations. Le retournement de situation final est celui qui a définitivement permis à ce roman de conquérir mon cœur. J’ai presque envie de le relire pour prolonger le plaisir. J’ai été totalement embarquée par le récit conté par Owen Bardel, notre gentil et valeureux barde.

Celui-ci, le combattant Piercollo et la magicienne Megane étaient les personnages les plus attachants du roman. Probablement parce qu’il s’agit des plus gentils, des plus droits, de ceux dont les valeurs sont les plus acceptables pour quelqu’un du monde moderne comme moi. J’ai tout de même apprécié ceux aux valeurs plus discutables, voire détestables, car il ne s’agit justement pas de mon monde. Les principes qui y régissent ne sont pas les mêmes et la loi du plus fort et du plus malin règne. Je peux tout à fait comprendre et accepter cette philosophie, d’autant que l’honneur de la famille ou de l’amitié se reflétait dans certains de leurs actes. Le seul qui reste vraiment à part est justement notre fameuse Étoile du Matin. Égoïste, fier, imbu de lui-même et parfois cruel, il n’agit que pour son propre intérêt. Il est impossible de prétendre être son ami car il ne pense qu’à lui. Pourtant, aussi incroyable que cela puisse paraître, je l’ai adoré. Déjà, parce que j’adore son nom. Je trouve que Jarek Mace, ça en jette. Oui je sais, c’est un détail, mais il n’aurait pas la même prestance s’il s’appelait Jacques Marchand, voilà! Ce personnage m’a fasciné d’entrée, j’ai aimé son esprit vif et son cynisme qui venait contrebalancer parfois la naïveté d’Owen. Ces deux-là ont une relation bien étrange que j’ai pris plaisir à voir évoluer. Avec un personnage aussi narcissique et solitaire, je me suis demandée comment David Gemmel pouvait faire de lui un héros, une légende, un homme aimé du peuple. Il y arrive pourtant avec une facilité déconcertante, au grand désarroi de ce cher Jarek Mace qui se retrouve héros malgré lui. Un sacré coup de maître, je dois dire, et la vérité derrière les actes de Jarek Mace m’a fait rire plus d’une fois. Incorrigible et fidèle à lui-même jusqu’au bout et surtout un personnage que je ne suis pas prête d’oublier.

J’ai l’impression d’être un pion dans le jeu de quelqu’un d’autre. Quoi que je fasse, la légende grandit. Si je pissais en public, quelqu’un jurerait qu’un arbre a poussé dans la flaque.

Il y a toutefois un point noir qui vient entamer un peu mon enthousiasme : la fin. Je l’ai trouvé décevante et expéditive. Le dénouement m’a plu, énormément même, mais à mes yeux les derniers chapitres ne font pas honneur à l’Étoile du Matin et à son lien particulier avec Owen. Leurs derniers instants ensemble m’ont paru trop courts et m’ont laissé un goût amer. C’est pour cette raison que je ne peux pas classer cette lecture en coup de cœur. Même si cela m’en coûte. Même si j’ai conscience que ce roman fera probablement partie de ceux qui m’auront le plus marqué cette année. C’était presque parfait…

pour_conclure_bis

J’ai adoré ce livre, son scénario, ses personnages, ses légendes. Il n’y a que la fin qui ne m’a pas convaincue car si le dénouement à toute cette histoire est parfait, je l’ai trouvé trop rapide et un peu frustrant. Trop peu de Jarek Mace dans le dernier acte. En tout cas, je commence à revoir mon (très mauvais) jugement sur les romans de fantasy. Contrairement à ce que je pensais, à tort, il en existe avec des univers accessibles et pas trop complexes. Celui-ci constitue une très bonne entrée en matière pour celles et ceux qui souhaiteraient découvrir en douceur ce genre littéraire. En tout cas, si tu as des romans du même type à me conseiller, qu’il soit du même auteur ou non, je suis preneuse!

18/20

etoile_du_matin_david_gemmell.jpgAuteur(s) : David Gemmell
Traduction : Alain Névant
Éditions : Milady
Nombre de pages : 448
Catégorie(s) : Fantasy

6 réflexions sur “[Chronique] « L’étoile du matin » de David Gemmell

  1. Les Fantasy d'Amanda dit :

    Ah, mais il n’y a rien de mieux que la fantasy adulte, promis ! J’en lis beaucoup, et pourtant je n’ai pas aimé Le Seigneur des Anneaux. Moi aussi, j’ai trouvé que l’histoire comportait des tonnes de détails inutiles. Et puis, il faut bien l’avouer, le style n’est plus du tout actuel !

    Heureusement que tu as persévéré, surtout avec du Gemmell :). J’ai bien aimé L’étoile du matin, mais l’auteur m’a un peu perdue avec ses voyages dans le temps :). Je lui ai largement préféré Dark Moon ou Légende (son plus grand succès !).

    Si tu ne crains pas les histoires aux débuts un peu lents, je te conseillerais L’Assassin royal de Robin Hobb. Sinon, vise plutôt Les cités des Anciens. Ah, et bien sûr, tous les livres de Brandon Sanderson valent le coup (même si je dois encore en lire certains ;)).

    Aimé par 1 personne

    • Callysse dit :

      ça me rassure de savoir que tu n’as pas toi non plus réussi à lire le seigneur des anneaux^^’
      Ah personnellement cela ne m’a pas perdu.
      Merci pour les titres. Je verrais pas lesquels je me laisserai tenter. J’avoue que la longueur des sagas me découragent un chouia : 11 pour Drenaï, 8 pour les cités des anciens, 13 pour l’assassin royal. Va falloir que je fasse des choix, je ne pourrais pas tout lire! 😉

      Aimé par 1 personne

  2. Lutin82 dit :

    Rhaaaa! Enfin!!!!!
    Un livre pour moi. Et tu sais quoi, je ne l’ai pas lu…. du coup celui-ci finit direct dans ma wish-list et sera dans mes prochains achats!
    Je suis très heureuse que tu aies franchi le pas et que tu découvre la dark ou Heroïc fantasy, plus dure que la YA.
    Tu peux enchainer avec des titres qii rivalisent d’actions, de compromis de zones d’ombre.

    Bienvenue au club! 😉

    Aimé par 1 personne

    • Callysse dit :

      Mais ouiiii! Et il y en aura bientôt un autre vu que je suis en train de lire Déracinée. J’ai un peu de mal pour celui-là par contre…
      J’espère que L’étoile du matin te plaira autant qu’à moi 🙂
      Merci! Si tu as quelques titres à me conseiller, n’hésite pas 😉

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s