[Chronique] « Grisha, tome 3 : L’oiseau de feu » de Leigh Bardugo

quatrieme_de_couverture_2019_1

MANIPULATION. PARJURE. TRAQUE.

Un royaume au bord du chaos.
Un tyran sur un trône d’ombre.
Une sainte sans pouvoirs.
Sans alliés. Sans armée.
Le combat final de la lumière contre les ténèbres.

AMOUR. LOYAUTÉ. DÉLIVRANCE.

Le salut de Ravka mérite-t-il tous les sacrifices ?
Seule l’Invocatrice de lumière en décidera.

mon_avis_2019_1

Enfin, je découvre ce troisième et dernier tome! Parce que je l’ai bien trop fait traîner dans ma PAL à mon goût… Tous les mois, je me disais « Aller, cette fois-ci c’est la bonne, je me lance » et à chaque fois, je repoussais au mois suivant. Peut-être est-ce parce que je rechignais à quitter cet univers tant adoré. Mais avec la sortie de King of Scars qui approchait (impossible que je le fasse traîner celui-ci, on ne fait pas attendre Nikolai – best personnage ever!), il devenait impératif que je termine la saga Grisha. Je me suis donc enfin lancée! Et je dois dire que cette conclusion est plutôt réussie et qu’elle m’a beaucoup plu! Je me suis régalée du début à la fin.

J’ai été heureuse de retrouver ces personnages, j’ai ri avec eux mais j’ai aussi ressenti de la tristesse et de la mélancolie en lisant leurs aventures. J’ai même été horrifiée par certaines scènes ou encore surprise par un retournement de situation que je n’avais absolument pas vu venir. Et il est plutôt bien pensé! Honnêtement, je trouve que ce tome clôt superbement bien cette saga car il a même réussi l’exploit de me faire apprécier Mal et Zoya! Je ne saurais te dire lequel des deux j’aimais le moins dans les précédents tomes : l’égoïste et décevant soldat ou la grisha hautaine et antipathique? Mais dans celui-ci, ils dévoilent enfin des facettes de leur personnalité qui m’ont plu et qui m’ont fait m’attacher à eux sans que je ne le veuille vraiment. 

– Brise-lui cruellement le coeur. Je serais ravis de consoler le pauvre prince. Je ferais une reine magnifique.

Je ris.

– Aucun doute là-dessus, Zoya. Si seulement tu parvenais à ne pas être horrible plus d’une minute.

– Même deux, avec ce genre de motivation. Tu veux voir?

Je levai les yeux au ciel.

– Ce n’est qu’une bague.

Zoha reste un personnage arrogant, dépourvu de bienveillance et sans aucun tact mais elle pimente assez ce tome. Son humour et son franc parler incisifs étaient parfaits pour alléger certaines situations compliquées et stressantes. Mais c’est surtout une femme douée et très intelligente, qui va droit au but et qui est assez honnête je dois l’avouer. Elle ne va pas te mentir pour te faire plaisir et dit parfois tout haut ce que l’on pense tout bas. C’est donc au final un personnage que j’ai appris à découvrir dans ce tome. Je n’en suis pour le moment pas au point de l’adorer, mais je l’apprécie et c’est déjà pas mal! Elle m’intrigue fortement et je trouve qu’elle vaut le détour. Quant à Mal, disons que jusque maintenant ce n’était pas vraiment le parfait Book Boy Friend à mes yeux. Tout aussi doué qu’il était à pister et à se battre, je le trouvais très injuste envers Alina. Beaucoup de ses actes m’ont fortement déplu et je n’ai jamais véritablement compris comment il était passé du coureur de jupons à l’amoureux transi. Mais dans ce tome, son mal-être a enfin réussi à m’atteindre et j’ai fini par lui pardonner ses actions discutables passées. Même si j’ai continué à le trouver parfois agaçant, il a réussi à me toucher et j’étais bien moins allergique à lui dans ce dernier opus. De sorte qu’enfin j’ai accepté et compris l’amour que lui porte Alina. Un joli progrès en somme pour ce personnage qui était assez mal parti avec moi.

Quand aux autres, mon avis à leur sujet n’a pas changé. J’ai aimé toute la bande qui accompagne Alina, les anciens (David, Genya, Tamar, Tolya) comme les nouveaux (Harthaw, Oncat). Alina reste fidèle à elle-même, ce n’est pas une super héroïne que ses pouvoirs rendent soudainement badass et forte. C’est juste une jeune fille qui fait du mieux qu’elle peut, qui n’hésite pas à dévoiler ses failles et qui doute beaucoup de ses capacités et de la légitimité de sa place parmi les autres. Je me retrouve un peu en elle et c’est probablement pour ça que je l’aime autant. Quant au Darkling, il est toujours aussi impitoyable et cruel mais il dévoile une vulnérabilité appréciable. Et j’aime toujours autant Nikolai, bien sûr!

Tu avances, et quand tu faiblis, tu te relèves. Et si ce n’est pas possible, tu nous laisses te porter. Tu me laisses te porter.

Enfin, j’ai trouvé l’ensemble de l’intrigue plutôt bien menée et rythmée, dans la lignée de l’aspect plus sombre engagé avec le second tome. C’est différent de Six of Crows, peut-être plus conventionnel, moins surprenant et explosif, mais cela reste une saga que j’ai adoré! Je n’oublierais notamment pas la scène de la grotte où ils se partagent des souvenirs. Ce n’est pas la plus haletante mais c’est certainement la plus belle et la plus émotionnellement chargée. Je l’ai trouvée magnifique. Toutefois, pour être honnête, il y a tout de même deux-trois petites choses qui m’ont un peu déçue dans ce livre : la chasse de l’oiseau de feu que j’ai trouvé un chouia trop courte (à peine commencé que c’était déjà fini) et le trop peu de temps passé avec Nikolai et le Darkling. Ce sont tous deux des personnages géniaux et je n’aurais pas dit non à quelques scènes de plus en leur compagnie. Mais ces petits bémol ne représentent rien devant le plaisir que j’ai eu à lire ce livre.

pour_conclure_2019_1

Un roman presque parfait, au rythme mieux maîtrisé que dans le second tome et magnifié par ses personnages. J’ai aimé le groupe qui se forme et s’unit autour d’Alina mais surtout j’ai fini par apprécier deux personnages que je n’aimais pas jusque maintenant : Mal et Zoha. J’ai adoré apprendre à les connaître, à comprendre leur personnalité et surtout à changer d’avis à leur sujet. Leigh Bardugo a fait très fort car je ne croyais pas cela possible! Une fin mélancolique qui me satisfait même si j’ai eu un peu de mal à dire au-revoir à certains personnages. Pour les autres, je sais que je vais bientôt les retrouver et j’ai plus que hâte!

6-flammes-j-ai-adore

Mon avis sur les autres tomes du Grishaverse :

grisha-tome-3
Auteur(s) : Leigh Bardugo
Traduction : Anath Riveline
Couverture : Guillaume Morellec
Éditions : Milan
Nombre de pages : 429
Catégorie(s) : Jeunesse, Fantasy

9 réflexions sur “[Chronique] « Grisha, tome 3 : L’oiseau de feu » de Leigh Bardugo

  1. lespagesquitournent dit :

    Totalement d’accord pour Nikolai et le Darkling ! Ce sont les deux meilleurs personnages que je préfère aussi !^^ (Vivement qu’on retrouve Nikolai avec le nouveau roman de l’auteure sorti il y a peu.)
    Ravie que tu aies autant aimé !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s