[En bref] « Bad, tome 3 : Amour coupable » de Jay Crownover

Salut,

L’année 2020 vient tout juste de commencer et nous continuons sur notre lecture commune des romans de Jay Crownover avec Nanounette. Sur les 21 publiés en France, nous en avons lu 15. Encore 6 et on aura rattrapé son rythme de publication. Je ne sais pas si on y arrivera cette année mais en tout cas on est en bonne voie. Nous venons de terminer la première partie de la saga Bad. J’ai beaucoup aimé les deux premiers tomes de la saga la plus sombre et violente de cette autrice. Mais ce tome 3 était celui qui me faisait le plus envie car Titus m’a fascinée dans les deux précédents. J’avais donc hâte de le découvrir plus en profondeur.

Alors ai-je aimé?

Bad, tome 3 : Amour coupable de Jay Crownover

bad_tome_3Oui mais je suis un tout petit peu déçue… Je m’explique.

Ce tome reprend directement après la fin du tome 2. Il permet donc d’apporter une conclusion à la folie meurtrière et vengeresse qui s’abat sur la ville de The Point depuis que Race, Bax et Nassir en ont repris les rênes suite aux événements du premier tome. Qui souhaite les faire tomber? Le scénario menant à ce personnage et à son affrontement avec Titus m’a beaucoup plu. Son identité n’est pas une surprise, reste à découvrir ses motivations et surtout à le mettre hors d’état de nuire tant il est cruel. Le prologue, haletant et terrible dans la façon dont il se termine, annonce la couleur. L’intrigue est surprenante, violente, intense et on n’est pas vraiment épargné. Ce tome est bien plus dur que les précédents, peut-être parce qu’on découvre au côté de Titus l’envergure des crimes qui surviennent chaque jour dans The Point. La vie n’y est pas belle mais cela ne l’empêche pas de vouloir sauver un maximum de ses habitants. Sans surprise, j’ai donc encore une fois adoré cette atmosphère sinistre et peu engageante qui caractérise cette ville, tout comme le scénario. Je suis toutefois dubitative quant au final qui fait retomber comme un soufflé toute l’intensité du prologue. Quel dommage! J’aurais préféré que Jay Crownover prenne un peu plus de temps pour lâcher les révélations finales. Cela aurait été davantage crédible et réaliste à mes yeux.

S’il n’y avait que ça, j’aurais pu dire que j’ai beaucoup apprécié cette lecture. Mais il ne faut pas oublier qu’il s’agit avant tout d’une romance. Et c’est sur ce point que je suis un peu déçue, principalement parce que j’ai découvert un Titus qui ne correspondait pas du tout à l’image que j’avais de lui. Je sais bien qu’il faut un caractère d’acier pour vivre dans cette ville et exercer le métier de policier sans être totalement corrompu. Je n’imaginais pas bien sûr que Titus était un justicier avec un cœur en or. Cela aurait été complètement utopique! Mais je ne m’attendais pas à retrouver en lui cette bête intérieure qu’il tient enfermée dans sa cage depuis des années, ce secret sur ses origines. Je n’ai pas compris l’intérêt d’ajouter cela à ce personnage. Il existe des personnages féminins qui n’ont pas cette double facette (Dovie et Brysen par exemple) et pourtant elles s’en sortent très bien dans The Point. Alors pourquoi faut-il toujours ajouter une « double personnalité » aux personnages masculins pour les rendre plus attractifs? C’est un schéma que je vois souvent chez les hommes imaginés par Jay et j’ai été déçue de le retrouver chez Titus. Cela n’était pas justifié. Il n’en avait pas besoin pour être intéressant et complexe.

Quant à Reeve, je ne l’ai ni aimé, ni détesté. Elle fait souvent les mauvais choix mais cette histoire a le mérite de la faire évoluer. Et surtout de lui montrer qu’elle peut compter sur certaines personnes. Elle ne m’a pas réellement touchée mais je ne peux nier que certaines de ses réflexions m’ont serré le cœur et que le comportement de Titus à son égard m’a parfois énervée.

Dans ce contexte, difficile d’être emportée par la romance entre Titus et Reeve quand le premier nous déçoit et la seconde nous laisse indifférente. S’y ajoute aussi quelques répétitions dans la plume de Jay Crownover lors de leur introspection respective.

En bref, j’ai adoré le scénario intense et sombre de ce tome qui clôt « presque » en beauté l’intrigue débutée dans le tome précédent. Dommage que la conclusion, trop expéditive, anéantisse toute l’intensité du prologue. En revanche, je n’ai pas été tellement emportée par la romance, principalement parce que j’ai été déçue par Titus. Il n’était pas nécessaire de lui créer cette part d’ombre pour le rendre plus intéressant et complexe. Ce schéma de construction des personnages masculins a été trop usés par Jay Crownover pour me surprendre et me contenter aujourd’hui.

4-flammes-j-ai-aime

Quatrième de couverture : Elle est la seule femme qu’il ne devait pas aimer…
Pour Titus King, la vie est en noir et blanc. D’un côté, le bien, de l’autre, le mal. Et Reeve Black, celle que tout The Point déteste, appartient définitivement au côté du mal. Un mal sublime, insidieux, tentateur. Un mal auquel il a déjà été soumis et qu’il a tenu éloigné pour se préserver, bien conscient de son irrésistible attirance. Mais la beauté vénéneuse est de retour en ville. Témoin clé dans l’enquête qui doit permettre d’arrêter le cinglé qui sème des cadavres dans les ruelles, elle est menacée de toutes parts. Alors, Titus va devoir la protéger. Une protection rapprochée qui pourrait bien brouiller la frontière entre la lumière et les ténèbres…

Éditions : Harlequin

Nombre de pages : 384
Catégorie(s) : Romance

Mon avis sur les autres tomes de la saga :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s