« Play Hard, tome 2 : Hard to hold » de K. Bromberg

quatrieme_de_couverture_2019_1.png

Lorsque l’agente de sportifs Lennox Kincade, reine de beauté, découvre que le joueur de l’équipe de football de première division qu’elle est supposée recruter, n’est autre que Rush McKenzie, un joueur vedette, enfant terrible du football, elle comprend qu’elle a pactisé avec le diable !

Anglais. Tatoué. Sexy. Au coeur d’un énorme scandale…

Ce qui aurait dû redorer sa réputation entachée, est sur le point de s’effondrer.

L’objectif ? Le persuader de rester aux États-Unis.

Aussi vrai qu’il n’y a pas de mal à se faire plaisir, si quelqu’un apprenait que leur relation n’est pas purement professionnelle, cela ne ferait que donner raison à tous leurs détracteurs.

mon_avis_2019_1

Quand j’ai débuté cette romance, j’ai eu peur que l’autrice se répète. En effet, certaines thématiques ressemblaient à celles du premier tome : la peur de s’attacher pour elle, la mise en concurrence entre deux jeunes garçons par une figure paternelle pour lui. Heureusement, si elles sont brièvement évoquées, ce n’est pas ce qui caractérise les problèmes rencontrés par Lennox et Rush, les héros de cette suite.

J’ai davantage apprécié ce deuxième tome. Que ce soit Lennox, Rush, leur histoire personnelle ou la romance, tout m’a plu. J’ai adoré cette lecture, je suis donc ravie d’avoir poursuivi cette saga. 

Du point de vue de Lennox, la famille Kincade m’a parue davantage soudée et aimante, ce que j’ai bien plus apprécié. Alors que Dekker interagit assez peu avec ses sœurs dans le premier tome et que c’est plus la compétition et la rivalité qui semblent animer leurs relations, je n’ai pas ressenti ça avec cette lecture. Au contraire, chacune des 3 autres sœurs apporte son soutien à Lennox à un moment ou un autre. J’ai presque eu l’impression que j’avais affaire à une famille différente. Avec du recul, je pense que c’est la froideur et le sérieux de Dekker qui m’ont donnée cette sensation. Au final, je ne suis pas certaine d’avoir réellement apprécié son personnage, même si elle a été géniale avec Hunter. Alors qu’à travers ses yeux, Lennox m’avait paru être une reine de beauté hautaine, j’ai été agréablement surprise de découvrir qu’en réalité il n’en était rien. C’est au contraire une jeune femme forte, indépendante, énergique, talentueuse mais qui traverse une période de perte de confiance en elle, à cause d’un confrère mais aussi de la maladresse de sa famille. Même si ces derniers tardent un peu trop à réagir à mon goût, j’ai bien aimé suivre les interrogations et doutes de Lennox puis sa reprise de confiance en elle.

J’ai également apprécié Rush, cet homme sûr de lui (et de son corps! Quelle première rencontre, mamma mia!). Il a la tête sur les épaules et demeure bienveillant, attentionné et patient avec ses fans malgré son énorme popularité. Par ailleurs, il a un passif qui m’a fendue le coeur une fois qu’il s’est dévoilé. Quelle résilience! Je pense aussi qu’une des raisons pour lesquelles j’ai davantage accroché à cette histoire est parce que je connais bien le sport qu’il pratique, mon mari étant fan de football. C’était ainsi plus facile de me représenter l’univers de Rush car je connaissais les références utilisées, que ce soit les clubs, les championnats ou les joueurs connus mentionnés dans le récit. J’ai aussi bien aimé son histoire d’amour avec Lennox car, pour moi, elle n’emprunte pas le chemin balisé des romances classiques : rencontre, couple, obstacle, rupture, réconciliation, épilogue. Ces étapes sont bien présentes mais j’ai trouvé qu’elles se mêlaient les unes aux autres, qu’elles étaient moins marquées et que c’était bien plus subtil et fondu dans le récit. Par exemple, les obstacles n’ont pas forcément mené à une rupture. Du coup, c’était appréciable de lire une histoire d’amour qui essaye de sortir un peu des sentiers battus, la rendant plus réaliste à mes yeux.

Enfin, le dernier petit point que j’ai aimé est que les personnages secondaires sont un peu plus construits et présents. On est moins focalisé sur le couple. J’ai déjà mentionné les autres sœurs Kincade, mais ici je pense aussi au meilleur ami de Lennox, dont chacune des apparitions valaient le détour.

Bref, comme tu peux le voir, j’ai adoré cette lecture. Je suis contente d’avoir persévéré avec cette saga et j’ai hâte de lire le prochain tome qui attend sagement dans ma liseuse que je me jette sur lui.

6-flammes-j-ai-adore

Mon avis sur les autres tomes de la saga :

play_hard_tome_2
Auteur(s) : K. Bromberg
Traducteur : Sylvie Del Cotto
Éditions : Hugo New Romance
Nombre de pages : 397
Catégorie(s) : Romance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s