[#PLIB2022] « Le roi des hyènes » de Tess Corsac

quatrieme_de_couverture_2019_1.png

Dans les Confins, un monstre rôde.

Dans ce territoire ceint d’un mur qui y enferme ses habitants, lorsque la nuit tombe, une harde de hyènes quitte le bois pour envahir les rues sans que personne ne se résolve à les abattre. Mais sont-elles le véritable danger ?

Dans les Confins, chaque enfant est lié à un Machaon, un gardien coloré qui les protège jusqu’à l’âge adulte.

Almire, quinze ans, a vu son Machaon lui être arraché. Depuis cette agression, une hyène de brume le pourchasse, tapie dans l’obscurité : ce démon veille à son silence. Ce secret, ignoré de tous, le ronge, jusqu’au jour où un groupe de jeunes l’approche. Tous partagent le même drame, et ils nourrissent une ambition commune : faire éclater la vérité. Faire tomber le monstre en habits d’homme.

Almire sait qu’il ne retrouvera jamais son Machaon, mais il compte bien reconquérir son bonheur. Pour ça, il lui faut renverser le Roi des Hyènes. Coûte que coûte.

mon_avis_2019_1

Je remercie Babelio et les éditions Leha Jeunesse de m’avoir donné l’opportunité de lire ce roman dans le cadre d’une masse critique!

masse_critique_babelio_newlogo

L’an dernier, grâce aux livres voyageurs du PLIB 2020, j’avais eu l’occasion de découvrir la plume de Tess Corsac dans son roman Les Nocturnes. J’avais bien aimé l’histoire mais j’avais eu du mal avec le rythme, que j’avais jugé trop rapide pour pouvoir m’attacher réellement aux personnages. Quand j’ai entendu parler de son nouveau roman Le Roi des hyènes, j’ai eu envie de retenter l’expérience avec cette autrice. Et bien m’en a pris car cette lecture fût un coup de coeur!

A la lecture du résumé, j’étais persuadée que cette histoire prenait place dans un monde totalement inventé. Quelle n’a donc pas été ma surprise de découvrir qu’en réalité il s’agit d’une version alternative du nôtre. Et encore une fois, Tess Corsac a choisi de placer son intrigue en France. Bien que les Confins n’existent pas, des lieux et villes connues, comme ma belle Toulouse, sont ainsi régulièrement cités. Certes, c’est un détail, mais personnellement j’adore quand un auteur utilise son propre pays comme toile de fond alors je tenais à le souligner dans cet avis.

Avec Le Roi des Hyènes, Tess Corsac prouve qu’il est possible de développer dans un one-shot un univers complet, une histoire fouillée et des personnages qui nous touchent à un point inimaginable sans que l’on se retrouve frustré une fois la dernière page tournée. J’ai trouvé ici que le rythme était parfaitement bien dosé, tantôt lent, tantôt rapide, de manière à distiller les révélations tout au long du récit. C’est maîtrisé et l’essentiel est bien là. Toutes mes questions ont trouvé une réponse. Je suis donc ressortie de cette lecture satisfaite et comblée, avec une boule dans la gorge tant les ultimes chapitres du final explosif de ce roman m’ont bouleversée et happée à l’instar des personnages.

Tiens, parlons-en aussi de ces personnages. Je les ai tous aimé, sans exception. Leur courage face à leur peur, leur hyène de brume, leur bourreau m’a impressionnée. Ils sont touchants, forts mais tellement jeunes pour vivre et supporter une épreuve pareille. En tant qu’adulte, on peut y faire un parallèle avec certains évènements révoltants de notre réalité. Tous les jours, ils se battent pour survivre et contourner ce secret qui les menace afin de révéler le visage de celui qui leur a fait du mal. Par ailleurs, contrairement aux Nocturnes, la première moitié de ce livre prend ici son temps pour développer les liens qui unissent ce groupe d’adolescents mais aussi leur personnalité. Je m’y suis donc cette fois totalement accrochée. On y retrouve aussi un petit schéma similaire à celui des Nocturnes qui marche très bien : un narrateur masculin imparfait mais qui fait comme il peut pour s’en sortir et qui est intégré au sein d’un groupe mené par un leader féminin fragile et fort à la fois tout aussi importante pour le récit. De quoi donner à chaque jeune lecteur ou lectrice un personnage auquel s’identifier.

Avec ce roman, j’ai donc la sensation que la plume de Tess Corsac a gagné en puissance et en maturité. Chouette et entraînante, elle a su garder ses atouts tout en gommant les imperfections qui m’avaient gênée dans son précédent ouvrage. Le Roi des Hyènes est donc un excellent roman adolescent que l’adulte que je suis a lu avec grand plaisir. Une réussite! Nul doute qu’il sera parmi mes favoris du prochain PLIB. Un coup de coeur que je te conseille de ne pas rater!

coup-de-coeur

le-roi-des-hyenesAuteur(s) : Tess Corsac
Traduction : /
Éditions : Leha Jeunesse
Nombre de pages : 451
Catégorie(s) : Jeunesse, Fantasy
ISBN : #ISBN9791097270643

5 réflexions sur “[#PLIB2022] « Le roi des hyènes » de Tess Corsac

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s