« Utopia, tome 2 : Dystopia » de Victor-Emmanuel Brett

quatrieme_de_couverture_2019_1.png

Elysia n’est finalement pas l’unique havre de l’Humanité. Suite à la découverte de deux nouvelles cités, des décisions s’imposent.

D’un côté Arystra, théocratie sous la coupe d’un despote enfermé dans sa pyramide survolant le peuple miséreux. De l’autre, Orancia, cité engloutie après le Cataclysme, où le libéralisme est poussé à l’excès et la vie des citoyens n’a d’autant de valeur que leur compte-action.

Arystra et Orancia sont-elles des menaces pour Elysia ou l’opportunité d’élargir ses frontières ? Et quelles sont ces Failles qui apparaissent mystérieusement tout autour de la planète ? De Veil Deylor, soldat malgré lui d’Arystra, à Elias et Caine, les réponses se trouvent à la croisée des chemins.

mon_avis_2019_1

Ayant lu Utopia en juin et possédant sa suite et fin Dystopia dans ma PAL, je ne voulais pas trop attendre pour finir cette duologie, et ce même si j’avais été déçue par le 1er opus. Il en était d’ailleurs de même pour les autres participantes à la lecture commune d’Utopia sur le discord d’Ingrid la lectrice. Nous avons donc lu cette suite en juillet afin de ne pas la faire trainer.

Sage décision car bien que la lecture d’Utopia ait été fraîche dans ma tête au moment de commencer Dystopia, j’avoue avoir été perdue sur les premiers chapitres. Introduction de nouveaux narrateurs et de deux autres villes non mentionnées dans le 1er tome, apparition de failles mystérieuses, meurtres, séparations et saut dans le temps important, l’auteur ne nous épargne vraiment pas. C’est dense… comme à peu près tout ce qui caractérise cette duologie. Probablement même trop car je suis certaine de ne pas avoir assimilé tout ce qui régit cette dystopie.

Pourtant, une fois rentrée dans ma lecture, j’ai bien aimé la première moitié de ce roman. L’auteur y prend son temps pour développer les différentes intrigues et le récit est rythmé sans trop l’être pour nous permettre de faire connaissance avec les nouveaux personnages et les deux villes introduites. Petit à petit, on comprend ce qui s’est passé pendant le saut dans le temps et on voit les liens entre les 3 villes se tisser doucement. C’était vraiment plaisant à suivre, j’avais donc bon espoir d’apprécier cette lecture et d’y trouver bien moins de points négatifs que dans Utopia.

Malheureusement, dans la seconde moitié, les révélations s’enchaînent tellement vite qu’on a à peine le temps d’en comprendre une qu’une nouvelle fait son apparition. Je me suis donc de nouveau perdue dans la complexité du récit et dans les concepts de cet univers. Je suis ainsi certaine d’être passée à côté de beaucoup d’informations cruciales, d’avoir oublié des scènes tant c’est dense et de ne pas avoir compris certains principes qui caractérisent ce monde (par exemple, les essences, une sorte de pierre à pouvoir, demeurent très floues pour moi). Et forcément, comme je n’arrivais plus à suivre, je n’ai pas compris la fin… C’est dommage car j’ai adoré les idées de l’auteur et aimé les personnages. Il y avait là un gros potentiel avec cette histoire! Mais je me demande s’il n’aurait pas été judicieux d’en faire une trilogie plutôt qu’une duologie. 

L’auteur aurait ainsi pu davantage prendre son temps pour développer son intrigue et distiller les révélations majeures. Cela aurait également profité aux deux nouvelles cités introduites dans ce tome qui ont des systèmes politiques et de fonctionnement assez complexes et complètement différents de ceux d’Utopia, avec des termes compliqués qui leur sont propres. Les développer dans un seul et même ouvrage était donc assez ambitieux, probablement même trop… Enfin, je pense que cela aurait permis de prendre plus de temps pour étoffer certaines décisions, peu expliquées et donc compréhensibles, ou certaines relations amoureuses, assez hâtives pour moi dans ce tome étant donné que les protagonistes en question sont au final assez peu ensemble au cours du roman. Je n’ai donc pas cru à leur rapprochement.

Je ne suis par ailleurs encore une fois pas convaincue par la narration du point de vue de Cain à la première personne, le seul à l’être. Je comprends ce choix mais il apporte pour moi des erreurs de narration. Il complexifie également le nexus de ce personnage, une capacité que j’avais bien saisie dans le premier tome mais qui devient totalement floue dans cette suite. Même Cain ne le comprend plus et aucune réponse claire n’est apportée. Si bien que cela m’apparait plus comme une facilité scénaristique que d’un pouvoir bien pensé et maîtrisé par l’auteur.

Mon ressenti global sera donc mitigé sur cette saga. Cependant, j’ai vu aussi de très bons retours sur elle alors je t’invite à te faire ton propre avis à son sujet. Peut-être la comprendras-tu davantage que moi. Je te le souhaite en tout cas!

3-flammes-indecise

Mon avis sur l’autre tome de la saga :

dystopiaAuteur(s) : Victor-Emmanuel Brett
Traduction : /
Éditions : Inceptio
Nombre de pages : 686
Catégorie(s) : Young-adult, Science-fiction

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s