[Chronique] « Satan est un homme comme les autres » de Céline Mancellon

Quatrieme_couverture_bis

Infernal. Démoniaque. Salaud. Des adjectifs qui collent à la peau d’Adrian Sheffield, pianiste virtuose et terreur du monde de la musique classique. Il fallait s’y attendre : à force de semer la haine, Adrian reçoit un jour une menace de mort. Son agent – la seule personne sur Terre à encore le supporter – décide de lui attribuer un garde du corps. Ou plutôt une garde du corps : Carrie North.
Mais il ignore que Carrie a déjà rencontré Adrian, et qu’il ne lui a pas fait bonne impression. Du tout. Les voilà de nouveau réunis. Adrian, toujours aussi séduisant et imbuvable, et Carrie, toujours aussi têtue. Sauront-ils surmonter leurs rancœurs et céderont-ils enfin à leur attirance mutuelle ? Mais surtout, qui veut la peau d’Adrian Sheffield ?

mon_avis_bis

Je ne vais pas y aller par quatre chemins : j’ai adoré cette lecture! Et j’avais très envie de vous expliquer pourquoi car cette petite romance mérite d’être lue. Je l’ai terminée depuis un moment déjà mais ma fatigue de ces derniers temps a eu raison de moi et je n’ai pas réussi à me poser avant aujourd’hui pour écrire ma chronique (merci le jour de congé au calme à la maison!). Je vais donc tâcher de me rappeler au mieux ce qui m’a tant plu dans ce roman.

Mais je vous préviens dès le départ. Si vous êtes du genre à gratter, creuser, fouiner dans le passé des personnages pour comprendre en détail leur comportement et leur choix de vie alors passez votre chemin. Pourquoi faut-il impérativement qu’un sombre évènement du passé justifie toujours le caractère exécrable d’une personne ou ses Tocs? Pourquoi faut-il que ce même personnage règle ses problèmes, change et finisse par devenir quelqu’un de différent à la fin du roman? J’avoue m’être demandée comment l’auteur allait rendre Adrian attachant. Soyons réaliste, dans la vraie vie, ce serait une personne détestable et horrible… pour les personnes qui ne le connaissent pas. Car en réalité, Adrian a beaucoup d’humour, certes douteux et un peu borderline parfois, mais qui m’a beaucoup fait rire ou sourire. Et surtout, quand il se trouve qu’on est l’heureuse chanceuse, telle que Carrie, à percer sa carapace sans que ni l’un ou l’autre ne comprenne pourquoi, Adrian se révèle être quelqu’un de très touchant. J’ai notamment adoré la réponse qu’il a apporté à Carrie lorsque celle-ci lui a demandé pourquoi elle lui plaisait alors que ce n’est pas une bimbo. L’essentiel sur le passé d’Adrian est donné et personnellement cela m’a suffi.

– Ne faites pas la timide, je sais que vous en mourez d’envie. Touchez! C’est tout dur, vous allez a-do-rer.
Carrie ferma un instant les yeux. Elle hésitait entre rire et s’énerver. Pour réussir à le suivre dans ses délires, il fallait impérativement une formation de type entraînement olympique.
– La façon dont vous dites ça… vous êtes impossible.
– Eh bien? Vous n’aimez pas quand c’est dur?
Carrie rouvrit les yeux pour les planter dans ceux d’Adrian. Il maniait le discours à double sens avec une fausse innocence de manière tout à fait remarquable, il fallait l’avouer.

Si j’ai aimé le personnage d’Adrian, j’ai encore plus aimé « l’écouter » jouer du piano au travers de ma lecture. J’étais parfois au côté de Carrie et Adrian lorsque ce dernier jouait. Les émotions de Carrie, son ressenti, ses pensées lorsqu’elle l’écoute sont parfaitement bien retranscrites. Le récital d’Adrian avec le parallèle sur sa relation avec Carrie était juste sublime et j’aurais aimé pouvoir écouter les musiques mentionnées en même temps pour mieux m’imprégner de ce passage. D’ailleurs, je recommande vivement d’écouter le titre inscrit au début de chaque chapitre en même temps que la lecture de ce dernier, le voyage littéraire et musical n’en sera que plus plaisant. Je regrette de n’y avoir pensé qu’à la fin du livre.

Je ne suis pas quelqu’un de bien, Carrie. Je ne le serai probablement jamais. Je suis égocentrique, cruel, moqueur. Je passe mon temps à mettre l’humain à l’épreuve, parce que je trouve cela très divertissant. Tu m’aimeras peut-être, mais tu me détesteras surement beaucoup plus souvent. Cependant… cependant, tu veux bien essayer de m’accepter? Aussi terrible que je sois?

J’ai également beaucoup apprécié Carrie et les idées que l’auteure a véhiculé dans son roman au travers de ce personnage. Adolescente, Carrie refusait de s’habiller comme tout le monde et a subi beaucoup de railleries de la part de ses camarades. Adulte, elle est devenue garde du corps alors que c’est une femme, qui plus est menue et de taille normale (je ne dirai pas petite comme Adrian car alors dans ce cas je serais une naine pour lui!). Pourquoi se conformer aux dictats pour se noyer dans la masse et faire comme tout le monde? Pourquoi est ce qu’on ne pourrait pas faire un certain métier parce que soit disant on n’a pas le physique ou pas le bon sexe? Un garde du corps ne ressemble pas toujours à Goliath! Je regrette toutefois que les compétences de Carrie ne soit pas plus montrées dans ce roman. Elles le sont mais de manière assez minoritaires, peut-être justement parce que l’histoire derrière les menaces à l’encontre d’Adrian a été reléguée un peu trop au second plan pendant une petite partie du roman. C’est une romance, je sais, mais j’aime bien quand ce qui a permis à nos deux futurs amoureux de se rapprocher est développé. C’est le cas ici, mais pas assez à mon goût. Mais c’est peut-être la fan de roman policier et de thriller qui parle et qui est probablement beaucoup trop exigeante! Le développement de ce fil rouge est tout de même largement acceptable.

Il y a toutefois un petit bémol que je ne peux pas oublier. Il est dommage d’avoir laissé autant de coquilles dans la version numérique. J’espère qu’elles seront corrigées un jour car ce roman ne mérite pas qu’on le laisse comme ça.

pour_conclure_bis

J’ai adoré cette romance qui se distingue des autres en prenant le partie de ne pas expliquer en détail le pourquoi du comportement de chacun et qui ne réduit pas l’attirance de nos personnages l’un pour l’autre à une couleur des yeux, une chevelure sublime ou à un corps de rêves. Carrie et Adrian sont très attachants. Je ne peux que vous conseiller de vous laisser emporter par cette romance. N’oubliez pas d’écouter les musiques au piano en même temps que votre lecture, elle n’en sera que meilleure, je vous le garantis!

17/20

satan_est_un_homme_comme_les_autres.jpg
Auteur(s) : Céline Mancellon
Éditions : Editions Milady (Emma)
Nombre de pages : 328
Catégorie(s) : Romance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s