[#PLIB2021] « Le chant des cavalières » de Jeanne Mariem Corrèze

quatrieme_de_couverture_2019_1.png

Un royaume divisé, instable, des forces luttant pour le pouvoir. Un Ordre de femmes chevauchant des dragons. Des matriarches, des cavalières, des écuyères et, parmi elles, Sophie, qui attend. Le premier sang, le premier vol ; son amante, son moment ; des réponses à ses questions. Pour trouver sa place, elle devra louvoyer entre les intrigues de la cour et de son Ordre, affronter ses peurs et ses doutes, choisir son propre destin, devenir qui elle est vraiment.

mon_avis_2019_1

Je remercie les éditions Les Moutons Electriques de nous avoir offert ce roman!

Le Chant des Cavalières est un roman fantasy contemplatif et faussement classique à la plume onirique, narrative, alambiquée et très (trop?) descriptive. Malheureusement, je n’ai pas été transportée par ce livre peu immersif à l’univers un peu flou dont les codes qui le régissent me sont demeurés mystérieux. Le rythme est assez lent et je me suis surprise à sauter certains passages dans le deuxième tiers, l’ennui commençant à pointer le bout de son nez.

Pourtant, il y a de bonnes idées! J’ai notamment aimé découvrir l’ordre des cavalières ainsi que l’intrigue de manière générale. J’ai même su apprécié cette fin ouverte qui ne dévoile pas tout de l’avenir de ce royaume ou du destin de Sophie. Mais les nombreuses descriptions à rallonge, le récit des rêves des héroïnes et les détours pris par la plume pour révéler de manière évasive certaines réponses m’ont perdue. Je n’ai pas non plus su m’attacher aux personnages. Eliane est assez antipathique et sévère. Sophie est une poupée à la personnalité étouffée et manipulée par son entourage. Acquilon et Frêne sont des Aînées dont je n’ai pas compris les intentions, les révélations finales n’étant pas très claires sur ce point. Seules Pen et Brigandine ont éveillé ma curiosité mais elles n’ont pas réussi à sauver mon intérêt pour ce roman, qui n’a cessé de diminuer au cours de ma lecture pour brièvement remonter dans le dernier tiers, celui-ci étant légèrement plus palpitant (mais ce n’est pas non plus très flamboyant).

Je regrette que le lien entre cavalière et dragon ait été si peu développé, réduisant ces derniers à de simples montures, mais aussi que l’ordre des cavalières n’ait pas été plus approfondi dans le récit. On ne sait ainsi pas comment ces jeunes filles et femmes s’y enrôlent ni quel est son but premier. On nous annonce par ailleurs qu’il existe trois types de cavalières : bâtisseuse, intrigante ou annonciatrice. Mais jamais ces trois rôles ne sont explicitement détaillés. En somme, tout au long de la lecture, on devine et on s’accroche pour ne pas louper une information… mais on finit par être laissé sur le carreau. Car en choisissant de ne donner aucune explication sur un plateau au lecteur, l’autrice en a exclu ceux qui n’ont pas réussi à lire entre les lignes, à suivre les conversations tarabiscotées et pleine de métaphores des personnages, à comprendre les motivations de chacun. Pour tout te dire, j’ai lu ce roman en lecture commune avec dix personnes et seules quatre d’entre nous, dont je fais partie, sont arrivées difficilement au bout. C’est vraiment dommage car il y avait là un joli potentiel malgré tout.

Mais il s’agit d’un avis très subjectif qui n’est que le reflet de mon ressenti au cours de cette lecture. Je le conseille donc aux amateurs du genre, que la lenteur du rythme et la complexité de la plume n’effraient pas.

Auteur(s) : Jeanne Mariem Corrèze

Editions : Les Moutons Electriques

Nombres de pages : 320

Catégorie : Fantasy

ISBN : #ISBN9782361836184

11 réflexions sur “[#PLIB2021] « Le chant des cavalières » de Jeanne Mariem Corrèze

  1. Ma Lecturothèque dit :

    Personnellement, je n’ai eu aucun problème avec le rythme. En revanche, j’ai trouvé qu’on ne s’attardait pas assez sur les personnages et donc je ne m’y suis pas attachée. A la limite, 300 pages de plus et une narration façon « Trône de fer » (un chapitre = un perso) ne m’aurait pas dérangée, les différents protagonistes auraient été plus travaillés et complexes, et l’ensemble du récit aurait eu plus de densité. En tout cas, je suivrai cette autrice car, malgré les défauts que je trouve à ce premier roman, je trouve que c’est prometteur pour la suite =)

    Aimé par 1 personne

    • Callysse dit :

      Je n’aurais pas survécu à 300 pages de plus lol^^ Oui il y a du bon dans sa plume quand même mais personnellement je ne pense pas renouveler l’expérience. Je le souhaite de trouver son public 😊

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s