[#PLIB2022] « Les nébuleuses, tome 1 : La couleur des nébuleuses » d’Amandine Peter

En 2099, les Nébuleuses sont détectées pour la première fois dans la Voie Lactée. Le nuage de particules aux propriétés miraculeuses propage la vie à travers la galaxie, et devient rapidement le fondement d’une nouvelle religion contrôlée par un organisme bienveillant, le Nébularium.

Deux cents and plus tard, son hégémonie est menacée par une rumeur qui risque de raviver l’espoir des Profanes, un groupe de scientifiques opposés au Nébularium depuis toujours, d’étudier les Nébuleuses par le biais de la science.

Ani, une jeune fidèle sur le point de célébrer son entrée au Nébularium, se retrouve malgré elle arrachée à son temple et précipitée au coeur de cet ancien conflit. À bord de la Maraudeuse, un vaisseau hors du commun, et à l’aide du mystérieux commandant Storm et de son équipage, elle part à la recherche de réponses.

Mais son voyage aux quatre coins de la galaxie va la forcer à s’interroger sur sa foi et la confronter à un monde bien moins idéal qu’il n’y paraît… entre manipulations et mensonges, qui croire? Pourquoi son destin semble-t-il lié à cette rumeur? Et que sait-elle vraiment sur les Nébuleuses?

Je remercie Saiwhisper d’avoir découvert ce roman avec moi en lecture commune! On ne l’a pas lu au même rythme mais qu’importe, c’est toujours sympa d’échanger ensemble, d’autant que nos avis se rejoignent sur ce titre. Si tu souhaites découvrir son avis, c’est par là!

La couleur des nébuleuses est un roman de science-fiction découpé en deux actes, à peu près de taille égale. Si le second m’a régalée, j’ai eu beaucoup de mal avec le premier, à tel point que j’ai envisagé pendant un temps d’abandonner ma lecture. Mais j’ai tenu bon car je savais ce titre encensé par pas mal de lecteurs au sein de la communauté du PLIB. Maintenant que je suis arrivée au bout, je vois pourquoi mais je regrette que la première moitié ait été si laborieuse à lire pour moi.

Pour être honnête, j’ai trouvé l’intrigue du premier acte très plate. Pendant longtemps, enfin pour moi, on demeure dans le flou sans savoir vers quoi l’autrice veut nous emmener. Ceci a peut-être était exacerbé par la narratrice, Ani, que j’ai trouvé pénible, molle et passive. Elle suit, naïvement, sans se poser aucune question alors que pourtant elle aurait de quoi avec certaines conversations qu’elle surprend. Certes, elle a vécu dans un cocon depuis sa naissance mais cela n’empêche pas d’avoir un minimum de jugeote. Il y aussi beaucoup de superficialité dans certaines scènes avec des détails sur les belles robes qu’elle porte qui ont fini par légèrement m’ennuyée. Enfin, si j’apprécie l’inclusivité présente dans ce roman, j’ai cependant eu la sensation au bout d’un moment qu’il y avait un « étalage ». Peut-être que cela était trop condensé et que cela aurait mérité d’être réparti sur l’ensemble du roman. Heureusement, la plume de l’autrice est belle et fluide. Par ailleurs, l’univers de science-fiction est riche en mondes et en inventions futuristes et il présente un bestiaire fourni. C’est ce qui m’a fait tenir et qui a éveillé mon intérêt pour cette lecture.

Bien m’en a pris car le deuxième acte est mille fois meilleur. Quel dommage qu’il y est un tel déséquilibre! C’est tellement frustrant. Car si la première moitié avait été du même niveau que la seconde, j’aurais probablement adoré ce roman, peut-être même qu’il aurait fini en coup de cœur qui sait.

Cette deuxième partie est en effet riche en révélations et en aventure. Par ailleurs, le récit ainsi que les personnages, dont la narratrice, prennent de l’épaisseur. Storm, le capitaine de la Maraudeuse, si insaisissable au début, se dévoile pour s’éloigner du cliché du mec ténébreux et mystérieux. Il se révèle altruiste, généreux, persévérant et… adorable. Je l’ai au final beaucoup aimé, tout comme chacun des membres de son équipage si particulier. Quant à Ani, elle prend du poil de la bête et montre (enfin) qu’elle peut réfléchir et avoir de la répartie. Son évolution est donc salvatrice pour l’intrigue (et mon ressenti de lecture). Quant au récit, j’ai adoré découvrir vers quoi l’intrigue nous emmenait. Et vu comme j’ai aimé cette deuxième moitié, je suis très curieuse de découvrir la suite de cette duologie. J’ai espoir de l’adorer si elle est du même niveau que ce second acte. Il y a le potentiel en tout cas!

Auteur(s) : Amandine Peter
Traduction : /
Editions : Explora
Nombre de pages : 433
Catégorie(s) : Science-fiction
ISBN : #ISBN9782492659003

3 réflexions sur “[#PLIB2022] « Les nébuleuses, tome 1 : La couleur des nébuleuses » d’Amandine Peter

  1. Light And Smell dit :

    J’avoue que le côté superficiel de certaines scènes du début risque de m’agacer assez vite tout comme le caractère de l’héroïne, mais son évolution a l’air probante et c’est quelque chose que j’aime beaucoup dans les romans. Heureusement que tu as pris plus de plaisir avec la deuxième partie 🙂 Je pense le lire qu’il passe la sélection des 5 ou non.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s