[#PLIB2023] « Le dixième vaisseau » de Pierre Bordage

Sur la planète Brull, Livio Squirell, capitaine de vaisseau, purge sa peine à perpétuité pour meurtre et escroquerie. Mais au bout de six mois, il est convoqué par le gouvernement, qui lui propose une mission : prendre part, en échange de sa liberté, à une expédition dans la galaxie du Triangle, où l’on a détecté les signes d’une activité intelligente. Pour s’assurer de sa loyauté, on lui injecte un virus dont l’action se déclenchera au bout de deux ans. Pour être sûr d’être revenu avant, Livio décide de prendre tous les risques : il franchira les trois millions d’anlumes qui les séparent de Brull en effectuant des bonds spatiotemporels jamais tentés jusqu’alors…

Je remercie Babelio et les éditions Scrineo de m’avoir envoyé ce roman dans le cadre d’une masse critique.

Avec plus d’une quarantaine de romans au compteur, Pierre Bordage est un auteur francophone prolifique qu’on ne présente plus. Et pourtant, Le dixième vaisseau est la première de ses œuvres que je lis. Une lecture sympathique, facile, avec quelques réflexions intéressantes, mais qui malheureusement ne m’a pas totalement convaincue. De mon point de vue, cela manquait de pep’s, d’émotions et de développement concernant la galaxie du Triangle.

En effet, je n’étais pas vraiment accrochée à l’histoire et, bien que me re-plonger dans ce roman ait été à chaque fois aisé, je n’étais pas impatiente d’y retourner et de découvrir la suite. Pourtant cela ne manque pas d’actions et on n’a pas vraiment le temps de s’ennuyer. Cependant, il y a peu de suspense (on finit rarement un chapitre sur un évènement qui nous pousse à entamer le suivant) et les quelques révélations sont tombées à plat avec moi. Etant donné qu’à aucun moment l’intrigue ne m’a poussée à me poser les questions menant à lesdites révélations, et bien, elles ne m’ont fait ni chaud ni froid une fois que je les ai découvertes. Un vrai pétard mouillé en somme, en particulier celle, majeure, qu’on découvre à mi-roman et qui rabat légèrement les cartes… dans le mauvais sens pour moi car j’ai justement moins apprécié cette seconde partie.

Je n’étais déjà pas beaucoup attachée aux personnages humains mais après cela je l’ai encore moins été vu les changements que cela a opéré dans la personnalité d’un de ces « héros ». C’est simple, à part une aversion profonde pour un des membres de l’équipage du vaisseau, je n’ai rien ressenti pour eux. Et j’ai encore moins cru aux sentiments amoureux que ressentent deux d’entre eux tant cela m’a semblé faux vu que je n’ai éprouvé aucune alchimie entre eux. Très frustrant me concernant étant donné que je suis une grande fan de romance. Je fais partie de ceux que cela ne dérange pas d’avoir une histoire d’amour dans un roman SFFF, au contraire. Mais encore faut-il que cela soit bien fait et pour moi ce n’était malheureusement pas le cas ici. Peut-être aurait-il fallu davantage d’interactions entre ces deux personnes? De moments du quotidien qui permettent au lecteur de percevoir le lien qui commence à les unir? Ou peut-être que je suis totalement passée à côté tout simplement.

De plus, je n’ai pas particulièrement goutée au mysticisme de la seconde moitié du roman, probablement car j’ai appris trop peu d’éléments sur le peuple du Triangle pour parvenir à les comprendre et à accepter les ficèles scénaristiques de la conclusion. D’autant que j’ai trouvé la fin assez rapide et expédiée. Dommage que l’auteur n’ait pas un peu plus pris son temps, j’espérais en apprendre davantage sur cette galaxie.

Malgré ces points noirs, il y a tout de même des aspects positifs qui m’ont, dans l’ensemble, fait apprécié ma lecture. La plume déjà, loin d’être déplaisante. La place de l’intelligence artificielle dans l’intrigue ensuite, en particulier au travers des échanges entre Livio et l’IA de son vaisseau. J’ai adoré ces passages et aimé suivre l’évolution de cette IA au cours de l’intrigue. Cependant, j’ai trouvé son ultime apparition un peu abrupte, j’aurais aimé qu’elle ait encore une fois la parole, surtout vu ce que sa dernière conversation avec Livio soulève comme réflexion. Si je ne me suis pas particulièrement attachée aux personnages, j’ai cependant adoré faire connaissance avec les espèces extra-terrestres que l’auteur a inventé. J’ai aimé leurs différences, leur personnalité et leur vision très éclairée sur la nature colonialiste et belliqueuse de l’espèce humaine. Enfin, le voyage mouvementé jusqu’à la galaxie du Triangle m’a tout de même pas mal divertie.

Sachant que Le dixième vaisseau n’est pas son meilleur ouvrage au vue de certains retours que j’ai pu lire, je demeure curieuse de découvrir d’autres œuvres de l’auteur.

Auteur(s) : Pierre Bordage
Traduction : /
Editions : Scrineo
Nombre de pages : 431
Catégorie(s) : Science-fiction
ISBN : #ISBN9782367407340

Publicité

5 réflexions sur “[#PLIB2023] « Le dixième vaisseau » de Pierre Bordage

  1. zoelucaccini dit :

    Effet pétard mouillé : ahah j’aime beaucoup l’image ! Je vois bien. Bon, comme on en avait parlé, je ne vais pas me ruer dessus, d’autant qu’il n’est pas dans les 25.
    Décevant effectivement la romance sans émotion. Dans ce cas, je ne vois pas trop son intérêt, je comprends ta frustration. C’est ce que j’avais aimé dans Hors Caste; la romance était belle, réaliste et touchante, et s’intégrait bien à l’intrigue. J’aime bien quand c’est bien entremêlé comme ça.
    Mais là, j’avoue que ce que tu en dis ne me donne pas très envie de m’y plonger, sans compter le manque d’approfondissement, toujours très décevant pour moi.
    Merci pour ton retour qui me donne une assez bonne idée de ce que je peux attendre de cette lecture !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s