[Chronique] « Les fantômes du passé, tome 1 : Amnésie » de Cambria Hebert

Quatrieme_couverture_bis

Je me suis échouée sur le rivage d’une petite ville en bordure de lac.

Un endroit où tout le monde se connaît, et pourtant…

Personne ne me connaît, moi.

Je ne me connais pas moi-même.

Lorsqu’une femme ignore son propre prénom, existe-t-elle vraiment ?

J’ignore ma couleur de cheveux d’origine, ma date de naissance, mon lieu de résidence.

Je suis invisible.

À mes yeux et à ceux de tout le monde.

Tout le monde, sauf lui.

Je lis au plus profond de son regard et à la manière dont il scrute mon visage comme si je constituais une énigme qu’il était déterminé à résoudre, qu’il me reconnaît.

Je veux simplement des réponses, la vérité… savoir.

Ses lèvres demeurent scellées. Toutefois, son regard m’ensorcèle.

Je ne peux avoir confiance en personne, pas même en moi-même. Quelqu’un veut ma mort, la même personne qui a tenté de me noyer dans les profondeurs sous-marines.

Elle va revenir me traquer… Et je ne saurai pas à quoi ressemble mon ennemi.

Je ne sais même pas à quoi je ressemble.

Je suis Amnésie.

mon_avis_bis

Je remercie chaleureusement Netgalley et les éditions MxM BookMark de m’avoir permis de découvrir ce livre.

J’étais curieuse de lire cette romance mêlant perte de mémoire et suspense et dont l’histoire prend place dans une petite ville brumeuse et pleine de secrets où tout le monde se connait. Sauf que personne ne semble connaître Amnésie. Retrouvée dans un piteux état par Eddie alors que ce dernier se promenait autour du lac, Amnésie se réveille sans aucun souvenir de sa vie passée. Et personne ne semble savoir qui elle est ni ne recherche une femme ayant son profil. Sauf qu’Amnésie ne semble pas si étrangère à Loch et que quelqu’un sait qui elle est en réalité. A commencer peut-être par Ethan…

La première chose que j’ai aimé sur ce roman, c’est sa couverture. Je ne suis pas une grande fan des romances où celle-ci représente un couple sur le point de se sauter dessus ou un homme à moitié dénudé avec ses muscles mis en valeur. Ce type de couverture renferme pourtant souvent de belles pépites mais ce ne sont pas celles qui attire le plus mon regard. J’aime quand il y a une mise en scène et que la couverture a été spécialement pensée pour le livre en question et qu’elle ne peut s’appliquait à un autre.  C’est le cas ici. Je trouve qu’elle colle parfaitement à l’histoire du roman et qu’elle met tout de suite dans l’ambiance.

– Parfois, j’aimerai être une fille normale, puis je me rends compte que je ne sais même pas ce qu’est la normalité.

– La normalité est tout simplement telle que tu la définis.

Eddie et Amnésie sont deux personnes attachantes et touchantes. J’ai aimé la mélancolie et l’obstination du premier, la force et la gentillesse de la seconde. J’ai également apprécié le fait que même si sa perte de mémoire la fait souffrir et l’effraie, Amnésie ne s’apitoie pas sur son sort et essaye comme elle le peut de trouver sa personnalité et son identité. Qu’a t-elle bien pu vivre de si horrible pour que son esprit le lui cache ? Mais est-ce que connaître la réponse à cette question est mieux que ne rien savoir ? C’est ce qu’Amnésie va chercher à comprendre avec l’aide d’Eddie, qui ne la quitte pas d’un cheveu et qui s’est désigné comme son protecteur attitré. Eddie peut parfois faire penser au beau chevalier servant qui tombe à pic, toujours prêt à tout pour sa belle, mais il est tellement plus que ça. La tristesse et la culpabilité qu’il renferme cachent bien des choses et la lumière sur l’événement passé qui l’a complètement changé apportera les réponses sur ce comportement si possessif envers Amnésie.

Malgré tout, l’attraction saisissante et immédiate entre Eddie et Amnésie m’a parfois paru difficilement crédible et d’autre fois clairement évidente. C’était assez étrange comme ressenti. Ce sentiment était peut-être accru par la dépendance à l’autre qui lie rapidement nos deux héros. Eddie a tellement envie qu’elle soit la fille qu’il a perdu et Am a tellement envie d’avoir quelqu’un qui tient à elle et qui la connait, qu’ils trouvent tout deux leur compte dans cette relation singulière. Mais la sincérité qu’ils dégagent a fini par me convaincre et par me faire pencher vers la deuxième part de mon ressenti. Une scène importante y a grandement contribué et j’ai été complètement emportée dans la romance à partir de ce moment-là. Car les secrets commençaient à se dévoiler et j’ai ainsi mieux compris le comportement d’Eddie lorsque ses convictions sur Am ont commencé à être ébranlées.

Montre-moi ce qu’est d’être amoureuse – d’être aimée – avant que les souvenirs ne brisent mon idéalisme. Prouve-moi qu’il peut y avoir tellement plus entre deux personnes que la douleur.

Le seul vrai petit bémol que j’ai sur la romance, ce sont les surnoms ridicules qu’Eddie finit par donner à Am. L’appelez « ma poule » alors qu’elle vient juste de vivre quelque chose de traumatisant casse tout le côté dramatique et intense de la scène. Je ne sais pas si cela vient de la version originale ou de la traduction, mais personnellement en français je trouve ce sobriquet totalement inadapté à l’action qui venait de se dérouler.

J’ai trouvé le fil rouge sur la quête d’identité d’Am, sur son passé et sur la menace qui semble continuer à peser sur elle assez bien mené. Ce n’est pas au niveau bien sûr d’un thriller ou d’un policier, certains éléments étant un peu trop faciles à mes yeux. Mais je suis moins exigeante sur cet aspect-là avec les romances qui mettent en scène ce type d’intrigue et je l’ai trouvé assez convenable ici. Ce n’est pas juste une toile de fond à l’histoire d’amour et elle n’est jamais vraiment laissée de côté. Cependant, j’ai trouvé qu’il y avait quelques longueurs, une journée pouvant s’étaler sur plusieurs chapitres. Ce défaut de rythme ne m’a pas gênée pour autant car il ne concerne qu’une petite partie du roman. Et la douce et tendre plume de Cambria Hebert l’a grandement compensé.

pour_conclure_bis

J’ai passé un agréable moment au côté d’Am et Eddie. Si leur romance m’a à certains moments paru tirée par les cheveux, j’ai finalement fini par être convaincue du contraire lorsque les langues ont commencé à se délier, en particulier celle d’Eddie. J’ai ainsi réussi à comprendre ce jeune homme et son attachement instantané à Am. Le mystère sur le passé d’Am n’ayant pas été entièrement dévoilé dans ce tome, j’ai hâte de découvrir la suite et fin de cette duologie. Est-ce que Am et Eddie arriveront à supporter les tourments que les réponses ne manqueront pas d’amener avec elles? Rien n’est moins sûr…

16/20

NetGalley_logo.png

les_fantomes_du_passe_tome_1_amnesia
Auteur(s) : Cambria Hebert
Traducteur : Charlotte Anaïs
Éditions : MxM BookMark (coll. Infinity)
Nombre de pages : 400
Catégorie(s) : Romance

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s