[Chronique] « Drama Queen » de Lindsey T.

quatrieme_de_couverture_2019_1.png

Éléonore, 23 ans, votre nouvelle Reine… Oui, Votre Reine !
En toute franchise, je me serais contentée de rester Princesse mais quand toute ma famille sombre – littéralement – me voilà propulsée sur le Trône.
Problème : je ne suis pas faite pour assumer les responsabilités d’un Royaume… Mais vraiment pas.
Et lorsqu’en plus on me colle dans les pattes, soi-disant pour assurer ma sécurité, un Écossais ombrageux, tatoué, et persuadé qu’on veut ma mort… Tout échappe à mon contrôle.

mon_avis_2019_1

J’ai craqué pour cette romance dès que j’en ai entendu parler. La couverture m’avait conquise et les retours étaient plus qu’enthousiastes. Elle avait semble t-il tout pour me plaire : un humour décapant, des piques juteuses et de l’amour. Malheureusement, cela ne l’a pas vraiment fait avec moi… et j’en suis la première embêtée! Je m’attendais tellement à passer un excellent moment de lecture que j’ai été surprise par mon antipathie à l’égard d’Éléonore, la narratrice.

Stupide, irréfléchie, irritante, gâtée, insupportable… voilà les différents adjectifs qui me sont venues en tête pour la caractériser pendant le premier tiers du roman. Pendant un bon moment, j’ai eu une image peu glorieuse de cette reine aussi distinguée qu’une pintade. Elle n’arrête jamais ses délires, ne pense ou ne parle jamais sans sarcasmes, familiarités ou figures de style et n’est que très rarement calme. Il est donc clair que le roman porte bien son nom tellement Éléonore en fait des tonnes. Toutefois, aussi énervante soit-elle, elle a quand même fini par m’amadouer un peu car vers la fin je l’ai presque trouvée attachiante.

Ah, l’Ecosse… C’est sauvage, rude… Peuplé d’hommes qui sont capables de garder leur virilité en portant des jupes…

Heureusement qu’il y a quelques chapitres du point de vue de Colin, son garde du corps écossais. Ils sont venus apaisés tout ça car c’était bien le seul personnage du roman un tant soit peu réfléchi et calme. Bon sang, même ceux auxquels je m’attendais le moins manquaient de retenue et de classe. Pas très royal tout ça en somme! J’ai donc bien aimé cet homme car c’était le seul qui était à peu près normal. Je n’ai toutefois jamais cru à la romance, bien trop précipitée pour moi, même si je peux comprendre que les circonstances particulières de leur rapprochement peut expliquer certaines choses.

– Que signifient tous tes tatouages ? […]

– Un tatouage dans chaque pays que j’ai « visité » lorsque j’étais dans les forces spéciales. Une sorte de souvenir. Pour ne rien oublier. […]

– Cela n’aurait pas été plus simple et moins douloureux de rapporter une carte postale ? Un mug ?

– Si. Mais beaucoup moins sexy, non ? plaisante-t-il.

Je n’aurais sans doute pas eu la même réponse il y a quelques heures, mais là, je veux bien avouer ma défaite.

Je n’ai pas passé un mauvais moment pour autant car, tout aussi rocambolesque et improbable que soit l’intrigue, elle m’a quand même pas mal divertie ! Mais je suis peinée de ne pas avoir apprécié ce roman autant que je le désirais. La vulgarité et la familiarité dans un livre ne me dérangent pas quand c’est justement dosé avec un récit plus politiquement correct. Malheureusement ici, ce dernier a été envoyé aux oubliettes du château royal! Je n’ai donc pas été sensible à son humour ni au sens de la repartie de ses deux personnages principaux. Quelques rares passages m’ont tout juste fait sourire mais je n’ai jamais ri. Je pense que c’était trop excessif, trop second degré, trop loufoque pour moi. Je suis persuadée que s’il y avait eu quelques moment d’accalmie un peu plus sérieux, j’aurais davantage apprécié cette comédie romantique. 

pour_conclure_2019_1

J’aime rencontrer des personnages avec du caractère et un sacré sens de la repartie mais j’aime aussi quand ils se calment de temps en temps. Le hic avec Drama Queen pour moi, c’est que l’ouragan royal qu’est Éléonore est à plein régime pendant plus de 350 pages. Sacrément foldingue, elle n’arrête jamais ses délires. Alors si tu recherches une lecture divertissante à prendre au second degré, voire au troisième, avec un écossais au regard de glace qui te cloue sur place et une princesse complètement tarée et presque attachiante, fonce! Par contre, je ne te le conseille pas si, comme moi, tu apprécies le calme et le sérieux de temps en temps pour mieux apprécier les piques et la folie des personnages afin de ne pas faire une overdose.

3-flammes-indecise

drama-queen
Auteur(s) : Lindsey T.
Éditions : Black Ink
Nombre de pages : 373
Catégorie(s) : Romance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s