[#PLIB2021] « Les Aînés, tome 1 : Cycles corrompus » de Serenya Howell

quatrieme_de_couverture_2019_1.png

Depuis la Tour, leur demeure, les Aînés et leurs Maîtres veillent sur les Sept-Royaumes. Être appelé à les servir est un honneur, se lier à l’un de ces dieux est le rêve. Il en existe toutefois un pour lequel personne ne nourrit la moindre ambition : Asroth, l’incarnation de la Mort, qui entraîne l’esprit de ses Maîtres, l’un après l’autre, vers les ténèbres et nourrit leur âme du sang de la guerre…

mon_avis_2019_1

Je remercie les éditions Plume Blanche de nous avoir offert ce roman !

Et bien, cela faisait longtemps que je n’avais pas autant A-D-O-R-É un roman! J’ai eu un coup de coeur monumental pour cette histoire. Question de point de vue probablement, alors ne va pas t’imaginer une montagne la concernant, je ne tiens pas à ce que tu sois déçu(e) à cause de mon avis hyper enthousiaste. Mais bon sang, qu’est-ce que j’ai aimé! Les Aînés fait partie de ces bouquins dans lesquels je suis longtemps restée plongée, immergée, mon esprit toujours tourné vers lui, ses personnages, son univers lorsque j’avais un moment à moi pour m’égarer et penser. J’ai même relu certains passages par pur plaisir histoire de faire durer un peu ma lecture. Et il est évident que j’ai eu une difficulté monstre à quitter ce livre. Si j’avais le temps, je pense même que je serais déjà en train de le relire alors que je viens tout juste de le terminer!

J’ai adoré la construction du récit où chaque chapitre débute par un extrait de mémoire d’anciens maîtres, de comptines, de courriers, etc. avant de reprendre le fil de l’histoire. En plus de clarifier petit à petit le lien unissant Aîné et Maître et de mettre en lumières certains évènements annexes ou personnages secondaires, ils permettent d’apporter des réponses à certaines de nos interrogations mais surtout d’étoffer l’univers de ce roman sans pour autant ralentir l’intrigue principale. Un gros plus pour moi! Toutefois, cela ne conviendra pas à tous les lecteurs, certains pouvant être perdus par cette double narration. Mais personnellement, j’ai adoré cette construction atypique qui a, tout au long de ma lecture, étanché ma soif d’en apprendre toujours plus sur ce monde.

Le rythme est dynamique et accrocheur, la plume totalement immersive. Si des longueurs ont été relevées par quelques lecteurs participant à la lecture commune de ce roman, à laquelle je prenais part également, je ne les ai personnellement jamais ressenties, tellement j’étais incroyablement bien entre ces pages. J’ai aimé les 3 cycles qui composent ce tome, bien que j’aurais apprécié que le deuxième dure plus longtemps histoire de le clôturer un peu moins rapidement. Alors que les deux premiers se répondent l’un l’autre, le troisième est un peu à part. Mais il est crucial! Certains lecteurs pourront donc être déstabilisés par ce dernier car il aurait en effet pu faire l’objet d’un livre séparé. Mais je trouve que les avoir regroupés dans ce premier tome permet de composer un ensemble qui pourra satisfaire les lecteurs ne souhaitant pas s’engager dans une saga. En effet, la majorité des réponses aux questions soulevées dans cet opus étant données, il est ainsi possible de s’arrêter là sans être frustré. Pour moi, c’est cependant totalement inenvisageable, car il y a tellement de potentiel avec cet univers que je ne m’imagine même pas ne pas lire ses suites! Et je suis certaine que Serenya Howell nous réserve de sacrées surprises!

Les personnages principaux sont totalement attachants, complexes et nuancés. J’ai adoré assister à l’évolution du lien qui se tisse entre Asroth et Dënorh. Qui aurait cru que le dragon incarnant la Mort serait aussi touchant, patient, comique par moment et curieux qu’on lui montre un autre chemin que celui auquel il est destiné depuis plusieurs cycles. Evidemment, c’est mon personnage favori (même s’il a parfois tendance à faire son calimero et à être extrêmement têtu et un peu trop solitaire)! Quant à Dënorh, ce qu’il vit m’a bouleversée plus d’une fois. J’ai aimé sa force de caractère, son intelligence et ses convictions. La forte amitié qu’il a noué avec Aymerick est également une composante importante et magnifique de l’histoire. J’ai eu énormément d’empathie envers ce dernier et j’étais avide de connaître sa réaction face aux évènements. Sa loyauté et sa foi envers son ami est impressionnante. Volontaire, il sera déterminé à changer l’Histoire pour que Denörh et Asroth trouvent enfin la place qu’ils méritent.

Et preuve en est que les personnages sont loin d’être manichéens, c’est Lëysha, le dragon incarnant la Vie, qui est celui le moins touchant de tous. Sous couvert de bienveillance et de bonnes intentions, celle-ci se révèle insouciante, exaspérante, manipulatrice, déterminée quoi qu’il en coûte à obtenir ce qu’elle désire le plus au monde. Malgré ce qu’elle incarne et tout l’amour qu’elle porte à ses semblables, elle m’a davantage fait froid dans le dos qu’Asroth. Inconsciente et (in)volontairement (je n’ai pas tranché) sourde et aveugle aux conséquences de ses actes, elle ne s’excuse jamais pour ses erreurs. Et c’est peut-être cela qui m’a le plus gênée avec elle. Elle est loin d’être méchante mais ces décisions sont parfois désastreuses et bien souvent ce n’est pas elle qui en paye le prix… Si je ne l’ai donc pas particulièrement apprécié, je l’ai en revanche trouvée très intéressante. Et puis sans elle, Asroth ne pourrait pas être aussi grognon et fascinant.

Enfin, afin d’être totalement honnête, je me dois de mentionner les deux seuls petits points négatifs que j’ai relevé au cours de ma lecture. Je n’ai pas compris pourquoi le terme Maître était systématiquement utilisé pour désigné l’Homme lié à un dragon, que cela soit un homme ou une femme, alors que celui d’Aîné est conjugué en fonction du sexe que chaque dragon s’est attribué. Les personnages secondaires étant nombreux, j’ai trouvé que cela apportait de la confusion. D’autant que le nom des Maîtres et Aînés sont assez complexes et difficiles à retenir, ce qui ne m’a pas aidée pendant un temps à différencier tout ce petit monde en dehors des personnages principaux cités précédemment. Une liste succincte des personnages n’aurait pas été de trop je pense.

coup-de-coeur

Mon avis sur les autres tomes de la saga :

les_aines_tome_1
Auteur(s) : Serenya Howell
Éditions : Plume Blanche
Nombre de pages : 612
Catégorie(s) : Fantasy
ISBN : #ISBN9791094786680

5 réflexions sur “[#PLIB2021] « Les Aînés, tome 1 : Cycles corrompus » de Serenya Howell

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s