[Chronique] « Un nouveau monde, tome 1 : L’unification » de Tessa Nauvel

Quatrieme_couverture_bis

Dans un futur où les hommes ne sont plus les seuls habitants sur Terre, leur nombre réduit à peau de chagrin et regroupés dans un périmètre continental par une forme de vie extraterrestre plus avancée, Amélia, une jeune fille de 16 ans et demi aspire à une vie meilleure et plus de liberté. Comme beaucoup d’autres Natifs, indigènes légitimes de la planète bleue, elle s’est inscrite au Programme d’Unification pour incorporer la communauté des Extras. Elle ne soupçonne alors pas que c’est toute sa vie qui changera en rencontrant l’un d’entre eux, Arone Karmik, un Alien qui ne lui cache pas son aversion pour les êtres humains. Déterminée à tenir bon malgré le comportement méprisant de cet être à la beauté aussi implacable que son esprit hostile, elle ne se doute pas un instant que le but de ce programme est bien plus important qu’il n’y paraît…

mon_avis_bis

Je tiens tout d’abord à remercier l’auteure, Tessa Nauvel, qui m’a permis de lire son roman en SP. J’ai adoré discuter avec vous!

Un nouveau monde est une romance érotique dans un univers de science-fiction. Dans ce premier tome, le premier genre littéraire prend largement l’ascendant sur le second. La science-fiction est là pour dessiner la toile de fond et les bases de cette histoire. Alors si vous vous attendez à un mélange équitable entre la romance et la science-fiction, ce livre n’est pas pour vous car plus des 2/3 du roman porte sur l’histoire « d’amour » entre Amélia et Arone. Vous voilà prévenu! L’auteure ne le cache pas et est très transparente sur ce point afin que ses lecteurs ne soient pas déçus. Personnellement, quand un roman mélange plusieurs genres littéraires, je préfère quand il y a un certain équilibre entre eux. Même si ce n’est pas le cas ici, cela ne m’a pas dérangé pour autant car j’adore les romances. Par ailleurs, le côté science-fiction est malgré tout très bien développé et le prologue est suffisamment bien construit pour qu’on démarre l’histoire sans être trop perdu.

Je perçus qu’il s’éloignait de moi et j’en ressentis un immense vide qui m’effraya de par sa fulgurante intensité. Je ne sus quoi répondre tellement j’étais encore sous l’émoi de sa proximité toute récente et je ne réagis que lorsque je compris qu’il n’était plus présent derrière moi. Seul, le son mélodieux de sa voix restait encore gravé dans ma mémoire.

Tessa Nauvel a un style harmonieux et possède une plume accrocheuse et travaillée. Et heureusement car je ne suis pas très fan des scènes érotiques. Il y en a peu dans ce tome mais l’auteure m’a prévenue que les suivants en comprendraient plus. Du moment qu’il n’y a pas que ça, je pense que sa jolie écriture me permettra de m’en accommoder et d’apprécier ma lecture. En tout cas, c’est l’un des points forts de ce roman car j’ai lu plus de 50% en à peine une journée. J’avais du mal à le lâcher ! J’ai vraiment beaucoup aimé l’univers détaillé et cohérent qu’elle a créé et auquel elle a apporté subtilement un peu d’écologie et de respect de la Terre et de la nature.

Des petites choses m’ont toutefois gêné ou manqué. Le prologue se termine sur la mention d’une révolution humaine… qui n’est plus vraiment abordée dans le reste du roman. Je m’attendais à ce que ce point commence à être développé dans ce tome, d’autant plus que le comportement d’un des personnages principaux est ambigu dans les premiers chapitres, mais cela n’a pas été le cas. Par ailleurs, même si c’est un pas important pour assurer la paix entre eux, j’avoue ne pas avoir bien compris en quoi les Natifs vont bien pouvoir aider les Extras, au vue de la grande supériorité en force dont disposent ces derniers. Enfin, même si on apprend pas mal de choses sur les Ariméens (= Extras), cela tourne souvent autour des relations mâle-femelle. J’aurais aimé en apprendre plus sur leur histoire, notamment sur ce qui a détruit leur planète. Mais je suis probablement impatiente car je crois savoir que Tessa Nauvel nous réserve tout cela pour les tomes suivants. Je trouve que c’est un peu dommage car à mon sens cela aurait permis d’alléger un peu la romance, dans laquelle j’ai ressenti quelques longueurs, et d’ébaucher lentement les histoires secondaires dans lesquelles nos héros vont être impliqués tout au long de la saga, tout en apportant un peu d’action à ce premier opus.

L’autre point fort de ce livre ce sont les personnages secondaires. Je suis particulièrement fan d’Eténa et Malok, respectivement la sœur et le meilleur ami d’Arone. La première est gentille, attentionnée et dispose d’une ouverture d’esprit très appréciable dans un monde où ses deux espèces ont extrêmement de mal à se faire confiance. L’intégration des Natifs au sein de la communauté des Extras n’est pas vu d’un très bon œil par certains, notamment Arone. Eténa et Amélia ont une amitié sincère et belle qui permet de montrer qu’une entente est possible. Malok quant à lui apporte un peu d’humour et d’insouciance. J’espère apprendre à mieux le connaître dans les tomes suivants. Enfin, j’ai malgré tout apprécié le personnage de Raphaël, même si je sens qu’il va probablement finir par devenir détestable. Je trouve certains aspects de sa personnalité mystérieuse, notamment son revirement soudain pour intégrer le programme d’intégration. A mes yeux, Raphaël est quelqu’un de très influençable et qui ne sait pas trop où est sa place dans ce nouveau monde. Le voir souffrir m’a un peu peinée et ce que lui fait vivre Amélia dans ce tome va probablement alimentée sa haine des Extras (ou du moins d’Arone) dans la suite.

J’eus le temps de le voir totalement stupéfié, à la limite de la déconfiture par mon acte inattendu avant de lui lancer victorieusement tandis que le panneau d’accès se refermait en même temps : « Même pas en rêve! »

Et vous allez me dire, mais Amélia et Arone, ils sont où dans tout ça? Et bien pas du côté de ce que j’ai le plus aimé dans ce premier tome. Je ne les ai pas détestés pour autant, je vous rassure. C’est juste que pour l’instant, ils ne font pas partie de mes couples favoris et je n’ai pas eu le coup de foudre pour eux.

J’ai tendance à préférer les personnages féminins forts, qui ont du répondant. Mais ce n’est pas le cas d’Amélia qui n’en a que quand elle se sent acculée et que c’est le seul moyen dont elle dispose pour s’échapper. J’aurais aimé la voir parfois s’affirmer, repousser vraiment Arone et arriver à penser avec sa tête plutôt qu’avec son corps. J’espère assister à cela dans la suite et que le saut de 3 ans dans le temps lui aura permis d’acquérir plus de maturité et d’assurance. Je souhaite sincèrement qu’elle ne sera plus cette biche apeurée qui reste immobile devant le danger, à savoir ici Arone. Elle doit impérativement réussir à protéger son cœur!

Quant à Arone, j’ai été surprise de retrouver son point de vue pour le dernier quart du roman. À dire vrai, cela m’a fait un peu de bien de quitter Amélia. J’aurais aimé qu’Arone soit un parfait bookboyfriend (BBF) mais pour le moment cela n’est pas le cas. Ses pensées sont à des années lumières de ce qu’il laisse paraître : arrogance, méchanceté et égoïsme. Du point de vue d’Amélia (et aux yeux de tous les personnages d’ailleurs), c’est un… connard (désolée, mais je n’ai pas trouvé plus politiquement correct pour le décrire). Par contre, quand on est dans ses pensées et qu’on découvre les raisons de son comportement, je pourrais presque l’adorer et être charmée! Mais j’ai du mal à croire que le Arone vu par Amélia et les autres et le « vrai » Arone soit une seule et même personne. J’aimerais qu’il montre un peu de vulnérabilité et de vrai attachement à Amélia et qu’il oublie son aversion pour les Natifs. Car c’est souvent ça quand les BBF sont horribles au départ, ils finissent par montrer un petit élément qui nous laisse entrapercevoir qu’en fait ils ne sont pas si mauvais, qu’ils ont des raisons justifiées d’être comme ça et qu’ils ne pensent pas vraiment ce qu’ils disent. Je n’ai jamais ressenti ça avec Arone, sauf quand j’étais dans ses pensées. Il se maîtrise trop bien cet alien! J’espère qu’il lâchera un peu prise et qu’il arrivera à montrer à Amélia qu’il ne ressent pas que de l’attirance sexuelle pour elle. Il faut savoir montrer ses failles parfois…

Ses lèvres si proches des miennes m’avaient donné le tournis et l’envie irrépressible de la toucher s’était alors emparée de moi.

Enfin, la relation possession/soumission d’Amélia et Arone est un peu toxique mais surtout je n’ai pas vraiment ressenti d’amour. Ils ont une très forte attirance l’un pour l’autre, c’est indéniable, ils jouent souvent au chat et à la souris, soufflent constamment le chaud et le froid mais côté sentiments amoureux, ils ne m’ont pour l’instant pas fait vibrer. Principalement parce que leurs émotions sont dirigées par cette attirance et du coup ils ne cherchent pas vraiment à connaître l’autre, à découvrir ce qu’il aime et à chercher au-delà de la forte attraction qu’ils ressentent. Mais j’insiste sur le « pour l’instant » car nous n’en sommes qu’au début de leur histoire. J’ai bon espoir que ces deux personnages évoluent. Peut-être qu’ils pourront vivre leur histoire au grand jour et si c’est le cas, j’espère que cela leur permettra de développer les bases d’une vraie et saine relation.

pour_conclure_bis

Ce premier tome d’Un Nouveau Monde instaure les bases d’une romance érotique sous fond de science-fiction intéressante et intrigante. Même si j’aurais aimé un peu plus d’équilibre entre ces deux genres littéraires, j’ai grandement apprécié l’univers créé par Tessa Nauvel ainsi que les personnages secondaires. Quant à la romance entre Amélia et Arone, comme vous avez pu le voir dans ma chronique, j’attends beaucoup du 2ème tome concernant l’évolution de ces deux personnages et de leur histoire. J’ai hâte en tout cas de retrouver la belle plume de l’auteure.

logo_simplement

Mon avis sur les autres tomes de la saga :

51Q12l3pP5L
Auteur(s) : Tessa Nauvel
Éditions : Autoédité
Nombre de pages : 668
Catégorie(s) : Romance, Science-fiction

7 réflexions sur “[Chronique] « Un nouveau monde, tome 1 : L’unification » de Tessa Nauvel

  1. Tessa dit :

    Bonjour Callysse
    Merci d’avoir lu et chroniqué le Tome 1 de la saga. Critique où l’on ressent bien vos espérances et votre ressenti global de l’histoire. Je dois dire que les avis divergent toujours sur la romance, sur l’intensité ou non du genre SF… certaines disent que c’est bien mêlé, que la relation Arone&Amélia est toxique, d’autres non, moi même je ne la vois pas du tout ainsi, il y a beaucoup de « sacrifices » de la part d’un personne…,quelques fois, il faut la lire une seconde fois pour mieux appréhender en profondeur et apprécier plus qu’à la première lecture (j’ai déjà eu des lectrices qui m’en ont fait la remarque en MP). Chacun est différent avec une vie, des acquis, des évènements vécus qui font que l’on percevra plus ou moins différemment la fiction écrite. Mais ce qui est sûr, c’est qu’elle ne laisse pas indifférente et si ma plume donne envie malgré des réserves, je ne peux qu’en être ravie.^^
    Bonne journée et encore merci
    A bientôt… 🙂
    Tessa

    Aimé par 1 personne

    • Callysse dit :

      Bonjour Tessa,
      Merci pour votre retour! Effectivement, on ne peut pas tous avoir le même ressenti sur une histoire. Sinon cela serait trop monotone et ennuyeux 🙂
      Je ne pense que je qualifierai toujours cette relation de toxique après la lecture du tome 2. Ici on dirait qu’elle l’ait quand on lit le POV d’Amélia mais elle le paraît beaucoup moins avec le POV d’Arone. On a les explications qui nous permettent de le comprendre un peu mieux. Reste à ce qu’Amélia les ait aussi. Et alors, cela ne sera plus le même genre de relation à mes yeux je pense 😉
      Et même si j’ai aimé sans aimer ce couple dans ce 1er tome, j’ai adoré ce roman! Donc je n’ai pas vraiment de réserves vu que j’ai hâte d’avoir le tome 2 dans mes mains 😉 Parfois j’adore un couple dans un tome pour l’aimer beaucoup moins dans le suivant. J’ai bon espoir que l’inverse ait lieu avec Arone et Amélia.
      Peut-être que je relirai un jour cette saga lorsque j’aurai tous les tomes!
      A bientôt (pour le tome 2)!

      J'aime

  2. lesmotsdouxblog dit :

    Bonjour,
    Je suis une fane de Lux et de la saga, et j’aimerais savoir si Un nouveau monde n’était pas un peu trp ressemblant à cette dernière (si vous l’avez lue bien sûr) !
    Du coup, votre chronique m’a donnée envie de me faire mon propre avis, mais le fait que la romance prenne pas mal de place me freine un poil, du coup.
    Merci d’avance pour votre réponse !

    J'aime

    • Callysse dit :

      Salut!
      Je pense qu’on peut se tutoyer 😉
      Oui j’ai lu la saga Lux (que j’ai adoré malgré les quelques imperfections!) et je peux te dire que cela n’a rien à voir! Lux est une saga jeunesse qui fait 50/50 entre la romance et le côté fantastique. La romance est soft dans le sens où il n’y a pas de scènes érotiques, ou du moins pas détaillée. Dans le premier tome d’Un nouveau monde, la SF est une toile de fond et la romance représente une très large part du roman. Par ailleurs, ce n’est pas une saga jeunesse, les scènes de sexe étant décrites (un peu comme les romances new adult). En fait, je qualifierai ce 1er tome de romance New adult sous fond de SF. Du coup, si tu n’apprécies pas ce genre, je ne suis pas certaine que cette saga soit pour toi. Si cela ne te dérange pas, alors fonce, la plume de Tessa Nauvel est addictive, recherchée et très plaisante à lire 😉

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s