[Chronique] « K.-O., tome 1 » d’Adriana Kritter

quatrieme_de_couverture_2019_1.png

Pour échapper à son compagnon violent, Sydney, une étudiante en journalisme, change de ville et d’apparence. Se faisant passer pour un garçon, elle tente de reconstruire sa vie avec l’aide d’une bande de boxeurs et de leur séduisant coach. Mais, dans l’ombre, le démon du passé est toujours là, prêt à frapper…

mon_avis_2019_1

Je tiens tout d’abord à remercier l’autrice, Adriana Kritter, de m’avoir fait confiance en m’envoyant son roman. Encore une fois, cela a été un réel plaisir de vous lire.

Alors que 28 jours avant J.C était plein d’humour, K.-O. est un peu plus dramatique. Pour autant, c’est le même combat que mène Adriana Kritter dans ces deux récits. Un combat pour la Femme. Alors qu’elle dénonçait le patriarcat dans le premier, dans cette saga ce sont les violences faites aux femmes qui sont pointées du doigt. J’ai été incapable de lâcher Sydney ce qui fait que j’ai dévoré ce livre en une journée. Bien que romancée, son histoire est bouleversante et criante de vérité. Combien de femmes sont tombées dans les filets d’un pervers narcissique ou d’un homme violent? Combien ont réussi à s’en échapper? A s’en relever pour retrouver confiance en elle? A travers ce récit, Adriana Kritter leur permet de s’exprimer et de comprendre que le problème ne vient pas d’elles mais bien de ces hommes malveillants qu’elles ont eu la malchance de rencontrer et qui ont réussi à les contrôler. Qu’il existe des moyens, des structures qui peuvent leur permettre d’affronter et de combattre les peurs que ces relations toxiques ont fait naître chez elles. Et surtout que tous les hommes ne sont pas comme ça.

Vexée, je finis par reprendre contenance et citai une phrase que Grand-Ma adorait :

– Les hommes préfèrent les belles femmes aux femmes intelligentes, car la plupart d’entre eux voient mieux qu’ils ne pensent. 

Dans ce premier tome, Sydney n’en est qu’à la première phase, celle de la prise de conscience. Pour se cacher de Richard, son ex compagnon violent, elle préfère fuir et débuter une nouvelle vie dans une ville inconnue et sous les traits d’un homme. C’est une jeune femme attachante, sensible et courageuse, malgré la malchance qui continue à la poursuivre. Les femmes ne sont pas les seules victimes de violence, il en existe malheureusement bien d’autres formes et Sydney va en faire la douloureuse découverte. Est-ce qu’elle va se laisser abattre pour autant? Non, car elle va avoir le courage de s’inscrire dans un club de boxe pour enfin réussir à combattre ses peurs et pourquoi pas prendre sa revanche sur la vie. C’est pour cela que je l’ai fortement apprécié. Elle évolue déjà beaucoup dans ce premier tome. Craintive et apeurée au début, elle reprend confiance en elle et en ses capacités et surtout apprend à ne plus avoir peur. Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir pour qu’elle soit prête à les combattre mais elle fait un sacré pas en avant. J’ai hâte de la voir s’affirmer dans les prochains tomes pour qu’elle ait la force d’affronter Richard dont l’ombre plane toujours au-dessus d’elle. Et surtout qu’elle sorte de nouveau en tant que femme et qu’elle respire enfin sans crainte.

J’ai également énormément apprécié l’équipe du Drake, le club de boxe. Ils forment un groupe extrêmement soudé, plaisant à suivre et surtout apporte une touche d’humour bienvenue au récit. Mais je regrette que même ces hommes, pourtant adorables, soient parfois stéréotypés. Beaucoup de scènes en leur présence servent à mettre en avant Sydney, ou du moins la femme de manière générale, au travers de leurs nombreux défauts et préjugés sexistes. J’ai trouvé que c’était un peu too much. Il existe des hommes qui ne véhiculent pas de clichés et qui mettent la femme sur un même pied d’égalité. J’aurais aimé en rencontrer dans le récit. Peut-être est-ce ce que me réserve la suite? Je l’espère. En tout cas, j’ai adoré ces boxeurs et j’ai vraiment hâte d’en apprendre plus à leur sujet, en particulier Jamie.

pour_conclure_2019_1

Lu d’une traite. J’ai adoré Sydney ainsi que la bande du Drake. K.-O. est le récit d’une femme qui apprend à se reconstruire et à se relever suite aux violences qu’elle a subi. Le chemin qu’elle emploie est peu commun mais particulièrement divertissant à suivre. Ce roman véhicule également de jolis messages contre le sexisme et les autres formes de violence. Je regrette juste que chacun des personnages masculins aient un trait de personnalité en désaccord avec les femmes : violent, sexiste, macho… Un homme qui met la femme sur un même pied d’égalité et qui prend en compte ses sentiments n’est pas une utopie. J’espère le rencontrer dans la suite que je suis très curieuse de lire.

6-flammes-j-ai-adore

ko-tome-1
Auteur(s) : Adriana Kritter
Éditions : Autoédition
Nombre de pages : 292
Catégorie(s) : Contemporain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s